Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Collombey VS - Seize personnes travaillant au noir ont été interpellées il y une semaine sur un chantier à Collombey (VS). Selon les premiers éléments recueillis, le salaire des travailleurs ne correspondrait pas aux normes de la Convention collective de travail (CCT).
"Ces personnes ne disposent pas d'une autorisation de travailler en Suisse", a précisé à l'ATS Nicolas Bolli, chef du service valaisan de la protection des travailleurs et des relations du travail, confirmant une information diffusée jeudi par "Le Nouvelliste".
Entendus dans le cadre de contrôles réguliers menés sur les chantiers, les seize travailleurs ont indiqué toucher un salaire horaire d'une vingtaine de francs. "A partir de là, il s'agit de remonter à la source en contrôlant le ou les employeurs de ces personnes et leur contrat", poursuit Nicolas Bolli.
Maître de l'ouvrage, la Suva se serait bien passée de cette affaire, même si elle n'en porte aucune responsabilité. Son porte-parole Henri Mathis précise: "Nous déplorons d'autant plus la situation que nous nous engageons contre le travail au noir. Dans le cas présent, le contrat passé avec l'entreprise générale stipule qu'aucun travailleur au noir ne doit être occupé sur le chantier".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS