Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sergei Aschwanden a finalement décidé de rester à Ollon-Villars où il occupera le nouveau poste de directeur de station (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Coup de théâtre à Yverdon-les-Bains (VD). Alors qu'il venait d'accepter la tête du service des sports, le judoka médaillé olympique Sergei Aschwanden a renoncé à son poste. Le syndic de la cité thermale ne cache pas son mécontentement.

C'est non sans fierté que la ville d'Yverdon-les-Bains avait annoncé fin avril l'engagement de Sergei Aschwanden chargé de "faire rayonner un nouveau service" des sports." Agé de 40 ans, l'homme allait quitter la tête du centre des sports de Villars (VD) pour la cité thermale où il devait notamment organiser davantage d'événements sportifs "d'envergure".

Le ton est tout autre jeudi. Selon un communiqué de la ville d'Yverdon, la commune d'Ollon-Villars, qui emploie le judoka, aurait surenchéri sur le plan salarial. "M. Aschwanden me l'a annoncé mardi", précise à l'ats le syndic Jean-Daniel Carrard, non sans exprimer une certaine amertume.

Déception

"C'est une attitude décevante de la part de la commune d'Ollon-Villars et de M. Aschwanden qui avait postulé de façon libre", poursuit-il. Et de regretter que celui-ci "accepte cette offre pour une raison purement mercantile. Cela pose un problème d'éthique et de crédibilité".

Contacté, Sergei Aschwanden dit comprendre la déception des autorités yverdonnoises et s'explique. "J'avais accepté oralement. Mais entre-temps, il y a eu la création d'un nouveau poste de directeur de station à Ollon-Villars qui chapeautera le sport et le tourisme. C'est un poste avec des défis très intéressants".

S'agissant de sa rémunération, l'homme refuse d'entrer dans les détails. "Tout poste à responsabilités mérite salaire. Et dire que l'aspect financier ne joue pas un rôle serait hypocrite. Mais cela n'est pas prépondérant, pas prioritaire pour moi".

Sourire à Ollon

Si Yverdon grimace, à Ollon, on est plutôt satisfait." La présence de M. Aschwanden, c'est clairement un plus pour nous", glisse le syndic Jean-Luc Chollet. Et d'ajouter qu'il a déjà beaucoup amené par son carnet d'adresses.

Municipal en charge du tourisme, Jean-Christophe Lack abonde. "Quand il nous a annoncé qu'il partait, on a tous été surpris. Je me disais qu'il y avait comme un goût d'inachevé. Ce revirement me réjouit donc". S'agissant du nouveau poste, qui ne sera plus communal, il explique: "Nous en parlions depuis un moment, son départ a certainement accéléré les choses".

Mais ne craint-on pas à Ollon-Villars que Sergei Aschwanden, qui a également été candidat pour le PLR lors des dernières élections au National, file une nouvelle fois? "Oh, il devra probablement s'engager pour cinq ans", précise M. Lack.

Pas de poursuite

A Yverdon, on considère la décision du médaillé olympique comme une non-entrée en service. Reste que la commune n'entamera pas de procédure judiciaire pour dommages et intérêts, précise-t-elle.

Pour la suite, Jean-Daniel Carrard ne sait pas si un nouvel appel d'offres sera lancé ou si la Ville s'adressera à des concurrents qui avaient été écartés au profit du judoka. "C'est un vrai dégât d'image cette histoire", regrette-t-il. Sergei Aschwanden avait été choisi parmi 83 candidats.

ATS