Navigation

Suicide du réalisateur suédois de "Searching for Sugar Man"

Ce contenu a été publié le 14 mai 2014 - 17:46
(Keystone-ATS)

Le réalisateur et documentariste suédois Malik Bendjelloul s'est suicidé mardi à l'âge de 36 ans, a annoncé son frère à la presse mercredi. M. Bendjelloul avait notamment reçu l'Oscar du meilleur documentaire en 2013 pour "Searching for Sugar Man", retraçant la carrière du chanteur Sixto Rodriguez.

"Je peux confirmer qu'il s'agit d'un suicide et qu'il était déprimé depuis quelque temps", a confié Johar Bendjelloul au quotidien "Aftonbladet". "La vie n'est pas toujours facile. Je suis resté auprès de lui tout le temps jusqu'à la fin", a poursuivi M. Bendjelloul, journaliste à la radio publique suédoise.

"C'est la pire des choses. Je ne sais pas comment gérer cela. Je ne sais pas", a-t-il ajouté.

Né d'un père algérien et d'une mère suédoise en 1977 dans la petite ville de Ystad (sud de la Suède), Malik Bendjelloul était établi à Stockholm. Il avait notamment reçu l'Oscar du meilleur documentaire en 2013 pour "Searching for Sugar Man", retraçant la carrière atypique du chanteur américain Sixto Rodriguez.

Avec ce documentaire, pour la première fois depuis 1984, un film suédois recevait la récompense la plus prestigieuse du monde du cinéma, a rappelé l'agence suédoise TT. "Oh boy! Merci beaucoup. Merci à l'Académie, et à l'un des meilleurs chanteurs de tous les temps, Rodriguez", avait déclaré le réalisateur, lors de son discours d'acceptation aux Oscars.

Un être entier

Au fil des années 60, Sixto Rodriguez a enregistré deux albums, mais ce n'est que quelques années plus tard qu'il a remporté un énorme succès en Afrique du Sud. Ses chansons étaient devenues de véritables tubes à son insu, comme le décrit le documentaire qui lui est consacré.

"Searching for Sugar Man" avait également été salué lors du Festival Sundance 2012 où il a remporté le Prix du public international.

Sony Pictures Classic, le distributeur du documentaire, a salué dans un communiqué la mémoire de Malik Bendjelloul. "A l'instar de Rodriguez, Malik était un être entier qui parcourait le monde pour trouver des histoires à raconter", a-t-il indiqué.

"Il ne cherchait ni la célébrité, ni la fortune ni les récompenses, même s'il les a toutes obtenues parce que beaucoup d'autres ont su reconnaître son talent de conteur."

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.