Navigation

Thaïlande: 180'000 Cambodgiens partis sur des rumeurs de répression

Ce contenu a été publié le 17 juin 2014 - 16:32
(Keystone-ATS)

Près de 180'000 Cambodgiens ont fui la Thaïlande en quelques jours depuis l'annonce par la junte thaïlandaise d'une opération de lutte contre l'immigration illégale, ont annoncé les autorités cambodgiennes. Bangkok et Phnom Penh ont lancé un appel conjoint à ne pas céder à la panique face aux "rumeurs".

Le chiffre de 180'000 équivaut à l'ensemble des Cambodgiens vivant de façon illégale en Thaïlande, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Selon le représentant de l'OIM à Bangkok, Joe Lowry, cette estimation "prudente" ne signifie pas que tous les sans-papiers cambodgiens ont quitté la Thaïlande, où se trouvent de surcroît plus de 400'000 Cambodgiens en situation régulière.

La grande majorité des clandestins rentrés depuis un peu plus d'une semaine sont passés par le poste-frontière d'Aranyaprathet-Poipet, a indiqué Kor Sam Saroeut, gouverneur de la province cambodgienne de Banteay Meanchey (nord-ouest). Et 20'000 autres ont traversé à O'Smach, à environ 250 km au nord-est de Poipet.

Reconduits à la frontière

Mardi matin, plusieurs centaines de travailleurs cambodgiens ont été conduits à la frontière à Poipet dans des camions de l'armée thaïlandaise ou des véhicules de police, a constaté l'AFP. Certains de ceux qui avaient traversé la frontière avant la nuit ont trouvé refuge sous des tentes en attendant de pouvoir rentrer chez eux dans les provinces plus lointaines.

La junte parvenue au pouvoir par un coup d'Etat le 22 mai en Thaïlande a annoncé mercredi dernier une politique d'immigration stricte, avec expulsion des clandestins. Mais elle a démenti les rumeurs de violences contre les Cambodgiens en situation irrégulière.

"Apport" à l'économie

L'ambassadrice du Cambodge à Bangkok, Eat Sophea, a rencontré mardi le numéro 2 du ministère thaïlandais des Affaires étrangères. "Nous devons travailler étroitement ensemble afin de dissiper la peur parmi les travailleurs cambodgiens en Thaïlande d'une répression des travailleurs cambodgiens quel que soit leur statut", a-t-elle dit.

"Les informations concernant des tirs et autres abus sont des rumeurs et ne sont pas vraies", a-t-elle ajouté lors d'une conférence de presse conjointe. De son côté, le ministère des Affaires étrangères thaïlandais a assuré attacher une "grande importance" à l'apport des migrants à l'économie thaïlandaise.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.