Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Tour de France: la 6e étape pour Dan Martin

L'Irlandais Dan Martin (EAU) a remporté la 6e étape du Tour de France à Mûr-de-Bretagne. Le maillot jaune reste sur les épaules du Belge Greg Van Avermaet (BMC).

Martin (31 ans) a démarré à 1,1 km de l'arrivée, au terme de la deuxième montée menant à Mûr-de-Bretagne. Il s'est imposé avec 1 seconde d'avance sur le Français Pierre Latour, auteur d'un joli retour, et 3 sur l'Espagnol Alejandro Valverde, qui a réglé le sprint des favoris.

Quadruple lauréat de l'épreuve, Chris Froome est arrivé à 8 secondes de Dan Martin. Ce dernier a signé son deuxième succès sur la Grande Boucle, cinq ans après sa victoire à Bagnères-de-Bigorre.

L'Irlandais est un spécialiste des classiques, avec deux monuments à son palmarès: Liège - Bastogne - Liège (2013) et le Tour de Lombardie (2014). Il a pris une belle revanche puisqu'il avait fini 2e au Mûr-de-Bretagne voici trois ans. Cette ascension de 2 km avec une pente moyenne de 6,9% est taillée pour lui.

"Il y avait vent de face. J'ai pensé que c'était peut-être un peu trop tôt, mais je ne voulais pas laisser passer l'occasion. Si j'attendais le sprint, j'étais perdant. Je me sentais fort et je me suis dit que si j'étais repris, je pourrais rester dans les roues", a expliqué l'Irlandais. Il est le neveu de Stephen Roche, vainqueur en 1987 du Giro, du Tour et du championnat du monde.

Deux favoris ont perdu des plumes: Romain Bardet, victime d'un bris de roue à 3,7 km du but, a cédé 31 secondes sur le vainqueur. Le Français a dû prendre le vélo de son compatriote Tony Gallopin pour finir l'étape.

"Ce sont les aléas. J'ai eu un problème, ma roue arrière s'est cassée, j'ai dû changer de vélo avec Tony. L'effort m'a été fatal. Ce n'est jamais bon de perdre du temps. J'ai limité, ça roulait déjà très vite quand mon problème est arrivé", a expliqué Bardet.

Pour sa part, Tom Dumoulin a abandonné 53 secondes suite à une crevaison, subie à 5,5 km de l'arrivée. Malgré l'aide de quelques coéquipiers, le Néerlandais n'a pas été en mesure de revenir sur les premiers. C'est un coup dur pour le récent 2e du Giro.

Une pénalité de 20 secondes, infligée par les commissaires pour abri prolongé derrière la voiture de son équipe, a encore alourdi le passif. "C'était juste de la malchance", a commenté le champion du monde du contre-la-montre. "J'ai percuté la roue devant moi et je devais changer la mienne. Je savais que je n'arriverais pas à revenir donc il fallait limiter la perte de temps".

Au général, Van Avermaet reste leader. Il compte trois secondes d'avance sur le Gallois Geraint Thomas et cinq sur son coéquipier américain Tejay Van Garderen.

Vendredi, la 7e étape se courra sur 231 km entre Fougères et Chartres. Ce sera la plus longue de cette édition. Elle devrait convenir aux sprinters.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.