Navigation

Twitter: le pape a franchi le seuil de 13 millions de "followers"

Ce contenu a été publié le 16 avril 2014 - 14:29
(Keystone-ATS)

Le pape François a franchi sur son compte Twitter, @Pontifex, le seuil de 13 millions de suiveurs en neuf langues dont l'arabe et le latin, a rapporté le site spécialisé sur l'Eglise Il Sismografo. Les tweets, à la tonalité très spirituelle et centrés sur le message de l'Evangile, sont souvent retwittés.

Le compte pontifical officiel avait été ouvert par Benoït XVI en décembre 2012. Depuis l'élection du pape François le 13 mars 2013, il a gagné 10 millions de personnes. Parmi les 13 millions de suiveurs, le record est atteint par les hispanophones qui sont 5,4 millions à suivre le premier pape d'Amérique latine.

Ils sont suivis par les anglophones (3,9 millions), puis par les Italiens (1,6 million) et les lusophones - dont ceux du Brésil, premier pays catholique dans le monde - (1,01 million). Les autres langues des tweets du pape sont le français, le latin, l'allemand, le polonais et l'arabe.

Etre des "citoyens du numérique" constructifs

En janvier, dans son premier message sur le thème des communications sociales, François avait appelé les catholiques à être des "citoyens du numérique" constructifs, en utilisant Internet, qu'il avait qualifié de "don de Dieu" pour permettre "une authentique culture de la rencontre".

"Que notre communication soit une huile parfumée pour la douleur et le bon vin pour l'allégresse", avait-il souhaité, sans cacher les difficultés et les dérives sur internet

Le pape François bénéficie d'une popularité très grande auprès des croyants et des non croyants, y compris sur les réseaux sociaux. Sa proximité et sa simplicité sont plébiscitées. Le niveau de sa popularité rappelle celle de Jean Paul II qui doit être canonisé le 27 avril.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article