Le canton de Vaud veut réduire de près de 60% la consommation d'énergie par habitant à l'horizon 2050 et faire passer à 50% la part du renouvelable. Pour financer des mesures incitatives, il propose d'augmenter de 0,18 à 0,60 ct/kWh la taxe sur l'électricité.

Le Conseil d'Etat vaudois a adopté une nouvelle version de sa Conception cantonale de l'énergie (CoCen), qui constitue le socle de la politique énergétique du canton, a expliqué lundi la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro. Cette vision "ambitieuse" découle de la stratégie énergétique de la Confédération et sera complétée, cet automne, par le plan "climat" vaudois, plus large.

Cette conception cantonale comprend trois axes: la baisse de la consommation d'énergie - pour se chauffer, se déplacer, produire des biens et services -, le développement des énergies renouvelables et l'adaptation des infrastructures aux nouveaux modes de production.

Pour y arriver, la conseillère d'Etat appelle à l'adhésion de l'ensemble des partenaires et mise sur les incitations financières "qui donnent d'excellents résultats". "Les subventions, ce n'est pas très PLR, mais ce ne sera pas ad aeternam. Il s'agit de donner un coup de pouce pour que les comportements changent".

Une taxe plus élevée

Concrètement, le Conseil d'Etat propose de modifier la loi vaudoise sur l'énergie pour augmenter la taxe cantonale sur l'électricité. Celle-ci devrait plus que tripler et passer, dès 2020, de 0,18 à 0,60 ct/kWh. En cas de besoin, elle pourrait grimper jusqu'à 1 ct/kWh. Le Grand Conseil devrait en débattre à la rentrée.

La fourchette proposée - qui devrait rapporter environ 25 millions de francs par an - est comparable à ce que pratiquent les cantons de Genève et du Tessin. Et elle est bien inférieure à la taxe de Bâle-Ville qui atteint presque les 6 ct/kWh.

Pour un ménage, une taxe augmentée à 0,6 ct/kWh représente une hausse de 15 francs par an. Pour une PME, cela devrait représenter un millier de francs. "C'est supportable", a estimé Mme de Quattro.

Beaucoup à faire

Le canton ambitionne de diviser par trois ses émissions directes de CO2: "Il reste beaucoup à faire", a relevé François Vuille, directeur de l'énergie. Les émissions n'ont reculé que de 8% depuis 1990.

Particuliers et entreprises sont invités à consommer l'énergie "intelligemment": en chauffant les logements à 20 degrés, en assainissant les bâtiments et installant des panneaux solaires ou en circulant à vélo, plutôt qu'en voiture. "Il s'agit de réduire le gaspillage. On ne touche pas à notre confort", selon M. Vuille.

Energies renouvelables

Les énergies renouvelables, qui couvraient 13% des besoins vaudois en 2015, devraient grimper à 50% en 2050. Le canton veut utiliser son potentiel: le solaire, le bois, la géothermie, les pompes à chaleur, l'hydraulique sans oublier l'éolien, même si les projets peinent à se concrétiser.

La transition énergétique ne sera "pas néfaste pour l'économie". Son coût devrait être inférieur de 22% au statu quo, ajoute M. Vuille. Le nombre d'emplois pourrait même progresser de 57%, selon un calculateur énergétique développé par l'EPFL.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.