Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Art Basel s’ouvre sans ressentir les effets de la crise

Art Basel, l'événement artistico-financier de l'année.

(Keystone)

La plus grande Foire internationale d’art s’ouvre mercredi à Bâle. Galeristes, artistes et clients se pressent dans les couloirs aux milliers d’œuvres. Pour les artistes suisses, Art Basel est aussi un rendez-vous à ne pas manquer.

Même nombre d’exposants et même nombre de candidats exposants que l’année précédente: Art Basel ne connaît pas la crise. La foire d’art internationale, première du genre au monde, ouvre sa 41e édition ce mercredi. Les portes se refermeront dimanche.

Mardi, lors de la présentation aux médias et aux invités, les couloirs étaient déjà bondés et bruissaient d’un mélange de voix très polyglottes. La crise n’a manifestement pas retenu les amateurs, potentiels acheteurs ou non.

«L’année dernière, au beau milieu d’une crise économique mondiale sans précédent, notre 40e anniversaire s’est beaucoup mieux déroulé que quiconque n’aurait osé l’espérer», écrivent les co-directeurs de la manifestation, Annette Schönholzer et Marc Spiegler, dans le catalogue.

Et en 2010? «La crise n’a eu absolument aucun effet sur nos préparatifs, répond Marc Spiegler. 99% des galeries ayant exposé l’année dernière se sont représentées. Au total, nous avions 1100 candidatures, soit le même nombre qu’en 2009.»

«Qualité plus élevée»

«Art Basel joue le rôle de baromètre du monde de l’art, pour le marché mais aussi pour les artistes, les galeries et les idées», a précisé Annette Schönholzer. Or ce baromètre semble au beau fixe.

Marc Spiegler estime même que la qualité est «plus élevée: artistes et galeristes savent qu’ils doivent bien travailler pour vendre. Ceux qui ne sont pas sérieux sont, en quelque sorte, punis par la crise.»

Américains très présents

Un peu plus d’un quart des galeries sont américaines (72 sur 300), suivies par la Suisse (53), contre 3 pour la Chine ou 5 pour l’Inde. Les organisateurs parlent cependant d’internationalisation croissante.
«Nous ne travaillons pas par quotas, répond Marc Spiegler. Et dans la section «Art Statements», qui présente le travail de jeunes artistes, seules 2 galeries sur 26 sont américaines. Les autres pays sont très compétitifs avec leurs jeunes artistes et j’espère qu’il y en aura de plus en plus.»

Un coup d’œil dans la section parallèle d’Art Basel, «Art Unlimited», montre que les artistes chinois sont en effet passablement absents de ce rendez-vous devenu phare. Mais un de ses représentants, Zhang Huan (exposé par une galerie new-yorkaise) présente l’une des œuvres les plus fortes du parcours.

Un «yoda» en tissus

Son «Hero No.1», sculpture monumentale faite de tissus, représente un animal étrangement contemplatif. Au cœur de sa face, légèrement enfoui, on reconnaît le visage du Yoda de la la «Guerre des étoiles».
Créé en 2000, Art Unlimited est précisément le lieu des œuvres monumentales. Découvertes et révélations s’enchaînent sur une surface impressionnante de 17'000 mètres carrés.

Les galeries proposent de nombreuses œuvres créées spécialement pour Bâle, mais pas seulement. On voit cette année à Bâle «La maison de Pythagore» (1994), de Mario Merz (décédé en 2003), sorte d’igloo en verre, en métal et en brindilles avec des néons.

Habiter l’espace

L’œuvre habite l’espace (selon un concept du Genevois Simon Lamunière) de façon d’autant plus harmonieuse qu’elle est posée à côté de la «Ville spatiale» de Yona Friedman, né en 1923 à Budapest. Les cercles métalliques tendus de tissus colorés dessinent de possibles habitations futuristes que de nombreuses œuvres pourraient aussi imaginer.

Signe que l’espace se rétrécit pour les êtres humains sur la planète Terre? L’espace et la manière qu’a l’homme d’y vivre pourraient en tout cas être un fil rouge de cette édition 2010. La Japonaise Yuko Shiraishi a ainsi conçu une «maison de thé – élevatrice d’espace» (traduction libre) en tubes fluorescents.

Même «La Cabane sur la plage (qui est aussi une cabine de projection)» de la cinéaste Agnès Varda (2010) peut s’inscrire dans le thème de l’habitat. Sauf que c’est aussi un cinéma, même ventu et exposé aux éléments.

Il faut aussi des «maisons» pour les œuvres d’art vidéo (très nombreuses), et le spectateur passe de l’une à l’autre comme d’un monde à un autre. L’Américain Doug Aitken (né en 1968) occupe le centre l’exposition avec un film, «Frontier» (2009) qui habite littéralement l’espace, en étant projeté sur quatre murs à la fois. De l’extérieur, le visiteur entend et voit des bribes d’images à travers des interstices.

Une première pour Moser & Schwinger

Certains artistes fêtent leur «premier Art Basel». C’est le cas du duo suisse Frédéric Moser et Philippe Schwinger, lauréat du Prix fédéral des beaux-arts entre 1998 et 2000. Les Neuchâtelois vivent à Berlin depuis 8 ans.

A Bâle, ils montrent leur œuvre «Capitulation Project», avec les galeries Jocelyn Wolff de Paris et Koch Oberhuber Wolff de Berlin. L’œuvre remet en scène une performance scénique filmée de 1971, à New York, lors de laquelle des acteurs abordaient, sur une scène en forme de vague, reconstruite par les artistes suisses, la terreur du massacre de My Lai.

«Etre à Art Basel nous donne une visibilité que nous n’aurions pas sinon, notamment vis-à-vis des Etats-Unis», explique Frédéric Moser au micro de swissinfo. «Art Unlimited permet aussi d’avoir des perspectives sur d’autres œuvres, d’être dans une agora car on entend le brouhaha et les sons des autres œuvres.»

Un brouhaha qui, au moins, «s’étale» dans l’espace, contrairement aux 300 galeries de la section principale…

Ariane Gigon, swissinfo.ch, Bâle

ART BASEL

41ème. Fondée en 1970 par des galeristes balois (Ernst Beyeler, décédé le 25 février dernier, Trudl Bruckner et Balz Hilt) Art Basel ouvre mercredi sa 41e édition. Les portes se fermeront le dimanche 20 juin.

60'000 visiteurs. Art Basel est la première foire internationale d’art du monde. Elle attire plus de 60'000 visiteurs du monde entier pendant six jours, si l’on considère le premier jour (le mardi) dévolu aux invités.

300 galeries. Quelque 300 galeries (sur 1100 candidates) exposent des œuvres de 37 pays de 6 continents. Les galeries viennent des pays suivants (la liste ne comprend pas les pays qui sont représentés par moins de 10 galeries):

72: Etats-Unis

53: Allemagne

32 : Suisse

27: France et Grande-Bretagne

20: Italie

2500 artistes sont exposés.

Art Unlimited. Sous la responsabilité du Genevois Simon Lamunière, la section «Art Unlimited», née en 2000, présente 56 œuvres monumentales.

Art Public. La partie «Art Public» expose 14 œuvres sur la place de la Foire.

Art Feature. Nouveauté 2010: la section «Art Feature» met en lumière le rôle de commissaire d’exposition des galeristes.

Arts divers. Autres sections de la manifestation: Art Statements (jeunes artistes), Art Parcours (performances en soirée dans la ville de Bâle), Art Conversations (débats) et Art Film (projections)

Miami. Art Basel se décline encore en «Design Miami/Basel», une foire internationale de design. Du 2 au 5 décembre aura lieu Art Basel Miami Beach, la filiale de la manifestation bâloise.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.