Blickfelder devient un festival national

L'amour et la mort sont les thèmes principaux du festival Blickfelder 2002. Blickfelder 2002

Pour sa 9e édition, le festival de théâtre zurichois a choisi pour thème «l'amour et la mort». Cette année, Blickfelder s'étend jusqu'en Romandie.

Ce contenu a été publié le 06 mars 2002 - 20:57

Pour la première fois en neuf éditions, le festival de théâtre Blickfelder prend une dimension nationale, en arrosant aussi bien la Suisse alémanique que la Suisse romande, le Tessin et l'Engadine.

Car, de 1992 à 1998, le festival Blickfelder ne s'adressait chaque année qu'à la ville et au canton de Zurich. Même si l'édition 2000 de Blickfelder englobait déjà toute la Suisse alémanique. Et, par la même occasion, devenait une biennale.

En Suisse romande, «Blickfelder fait son apparition au Théâtre pour enfants de Lausanne et à l'Espace Moncor à Villars-sur-Glâne, près de Fribourg», se réjouit Franco Sonanini, directeur du Blickfelder.

Des troupes de toute l'Europe

Les 43 troupes de théâtre et de danse proviennent de dix pays: Allemagne, Angleterre, Danemark, Pays-Bas, Belgique, France, Italie, Hongrie, République tchèque et Suisse. «C'est que le Blickfelder est devenu l'un des plus importants festivals de théâtre en Europe».

De par son caractère pluriculturel, l'accent de la manifestation est mis sur un théâtre avant tout visuel. Avec peu de texte, beaucoup d'images et un maximum d'émotions. C'est pour cela d'ailleurs qu'il y a pas mal de compagnies appartenant à la danse-théâtre.

A l'origine, Blickfelder était un festival destiné aux élèves de tous âges et de tous niveaux scolaires de la ville et du canton de Zurich. Histoire de sensibiliser la jeunesse zurichoise au théâtre.

Un mois de mars théâtral

En cette année 2002, plus de 300 représentations du Blickfelder sont programmées tout au long de ce mois de mars. D'une part, dans les établissements scolaires de Zurich et du Liechtenstein.

Et, d'autre part, pour tout public, en soirée et le week-end, dans les théâtres de Bâle, de Locarno, de Coire ou de Berne.

La coordination nationale du festival Blickfelder est organisée par la cellule «Schule und Kultur» du Département cantonal de l'instruction publique zurichois. Et le festival est cofinancé par les villes et les cantons qui accueillent les compagnies de théâtre.

En outre, deux ateliers de break dance et de reggae se sont ouverts au centre névralgique du Blickfelder à la Kaserne Zeughaus 5 (Zeughausstr. 60) à Zurich. Pour initier les jeunes à ces deux disciplines artistiques.

Abolir la barrière de rösti

En filigrane, Blickfelder jette des passerelles entre les différentes régions linguistiques de la Suisse. «Grâce au théâtre, explique Franco Sonanini, nous tentons de passer outre les divergences typiquement helvétiques. Une telle manifestation culturelle est donc importante pour la Suisse.»

A la fin du festival, un concours va récompenser la meilleure des huit troupes de théâtre amateur sélectionnées parmi quinze compagnies suisses. Le premier prix est de 20 000 francs, avec une tournée à la clef.

swissinfo/Emmanuel Manzi

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article