Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La menace collective que font peser les avalanches a donné naissance en Suisse et en Autriche à des formes communes de gestion du risque (archives).

KEYSTONE/JUERGEN STAIGER

(sda-ats)

La gestion suisse et autrichienne du danger d'avalanches doit figurer au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO. Les deux pays ont officiellement déposé leur candidature vendredi. Le verdict devrait tomber en novembre 2018.

C'est la première fois que la Suisse dépose une demande avec un autre pays, a précisé l'Office fédéral de la culture (OFC). La menace collective que font peser les avalanches a donné naissance en Suisse et en Autriche à des formes communes de gestion du risque.

Un vaste savoir empirique a été transmis au cours des siècles. Ces connaissances ancestrales évoluent sans cesse grâce à la combinaison des pratiques historiques aux techniques les plus pointues. Côté helvétique, l'OFC a préparé la candidature avec le Valais, l'Institut pour l'étude de la neige et des avalanches, le Club alpin, l'Association des guides de montagne et l'Office fédéral de l'environnement.

La Suisse participe par ailleurs à une candidature multinationale sur la "construction de murs en pierres sèches". La demande déposée sous l'égide de la Grèce associe la Croatie, l'Espagne, la France, l'Italie, la Slovénie et Chypre.

Huit traditions

Le dépôt du dossier sur les avalanches était attendu. En octobre 2014, le Conseil fédéral avait approuvé une liste indicative de huit traditions suisses qu'il souhaite voir inscrites au Patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

En décembre dernier, l'UNESCO l'a fait pour la Fête des vignerons de Vevey (VD). En décembre prochain, l'organisation devrait trancher au sujet du carnaval de Bâle. Les autres thèmes sur le radar du gouvernement sont les savoir-faire de mécanique horlogère, le design graphique et la typographie, la saison d'alpage, le yodel et les processions de la Semaine sainte à Mendrisio (TI).

La liste du patrimoine culturel immatériel doit documenter et sauvegarder les traditions et expressions orales, les arts du spectacle, les rituels et événements festifs, l'artisanat traditionnel ainsi que les savoirs et les pratiques concernant la nature. Il ne faut pas la confondre avec la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO sur laquelle la Suisse a fait inscrire douze sites depuis 1983.

ATS