Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Des nouvelles du temps

Détail de la couverture du livre. (G d'Encre)

L'écrivain Jean Bühler publie «Les Sables du temps», un recueil de nouvelles qui emmènent le lecteur à travers la diversité africaine.

Force des lieux et galerie de personnages extraordinaires, l'écrivain Rolf Kesseleing s'est enthousiasmé pour ce périple de l'auteur chaux-de-fonniers.

Cela fait toujours plaisir de recevoir des nouvelles de quelqu'un dont on se sent proche. Surtout si c'est par l'intermédiaire d'un livre.

L'autre matin, sans conviction, sans doute usé par une certaine désillusion littéraire de début de saison, j'ai constaté qu'une petite enveloppe jaune illuminait l'ombre de mon casier aux espoirs. Tout l'été, j'avais attendu le bouquin qui me rendrait le goût de lire, l'envie de dire et d'écrire à ce propos.

Ce petit monstre rare était dans la pochette, accompagné d'un petit mot amical d'un homme que je ne connais pas, que je n'ai jamais rencontré, mais qui, pourtant, m'est familier. Jean Bühler, ancien journaliste, désormais auteur aux Éditions G d'encre.

Du sable et du soleil

J'avais été enthousiasmé par un recueil de souvenirs de voyage écrit par cet homme, il y a quelques mois. Il y racontait, style jubilatoire, une écriture à la Cendrars, un long périple en 2 CV, dans les années 50-60, Chaux-de-Fonds-Kaboul.

Une saga à la Rouletabille. Une histoire pleine d'anecdotes et de souvenirs partagés avec un ami qui finira par quitter, un peu tôt, la grande traversée de l'existence. J'avais aimé cet ouvrage, je l'avais dégusté, bref, j'avais fait le voyage avec eux.

Longtemps, le livre en question avait trôné sur un rayon de ma bibliothèque, avec un recueil d'articles d'Hemingway, juste pour me rappeler qu'il y existait encore des journalistes avec du panache et du style!

Aujourd'hui, je me suis plongé dans cette livraison récente. Nouvelles! annonçait la couverture... Vous avez dit nouvelles? Comme c'est réjouissant...

Afrique, mon amour...

Cinq textes et un avant-propos. Je dis «textes», parce que je n'ai pas le sentiment que nous sommes dans la fiction. Jean Bühler, utilise surtout sa mémoire. Je n'aurais pas dit «nouvelles», mais «chroniques» ou «textes».

La nouvelle, et j'en sais quelque chose moi qui en ponds avec la régularité d'un moulin rêveur, nécessite tout l'art du roman, mais en condensé.

Or, les magnifiques textes de Jean Bülher sont comme des extraits de carnets d'un voyageur attentif qui a parcouru cette Afrique qui n'a guère changé, moi qui l'ai connue quelques décennies après lui.

À le lire, j'ai la sensation que Jean Bülher a souffert aux mêmes spectacles. Il a souri ou pleuré aux mêmes douleurs, à la même humanité vivante, émouvante.

Il a regardé l'Afrique sans vouloir ni la violer ni la conquérir, comme l'ont trop souvent fait les Européens qui y sont allés.

Il l'a aimée, tout simplement.

Les dunes du temps

Défilent, alors, une galerie des personnages extraordinaires. Dignes. Debout. Vaillants. Vivants. Ils sont de ces humains que l'on ne rencontre que dans ces régions faites de sable et de soleil, d'espoir et de rêve.

S'enchaînent, aussi, des situations exceptionnelles où l'émotion, l'amour, la vie, la mort, se côtoient, s'entremêlent, s'imbriquent, puis se délitent. Poussière du temps, existences éphémères...

Ces destins humains, à peine esquissés, ensorcèlent le lecteur sans qu'il s'en rende compte. Avec de petites phrases, courtes, précises, coupantes, l'auteur nous emmène, nous conduit, nous perd dans les dunes du temps.

C'était, comme le dit l'auteur, il y a soixante ans. Mais le temps est comme le sable, il glisse inexorablement entre nos doigts.

L'espace, les nomades et les autres...

On passe, grâce au talent de Jean Bülher du Hoggar et ses hommes bleus, aux Senoussis, vous savez, ces gens qui attendent le retour du Mahdi. Un drame se noue...

Au Cameroun, chez les Kirdis, l'affaire se corse. Une Française, native de Paris, aurait tenté, à ce qu'on raconte, de se faire couronner reine d'un pays qu'elle voulait s'approprier. Fable? Histoire véritable? Qu'importe, la tragédie est nouée, la fin sera mémorable.

Et, l'aventure de cet esclave d'un forain peu scrupuleux?... Vous découvrirez comment le premier se vengera du second. Surprenant récit! Et dire qu'Aphrodite était un rhinocéros! Non, non, je ne plaisante pas!

Ce délicieux et très étonnant, recueil, Jean Bülher le termine par une histoire d'amour. Lisez «Le vieux roc et la mouette», vous m'en direz des nouvelles! Foi de lecteur invétéré!

Moi qui me plaignais de ne rien avoir à lire, ces derniers temps!

swissinfo, Rolf Kesselring

Faits

«Les Sables du temps», nouvelles, de Jean Bülher
Éditions du G d'encre - Le Locle

Fin de l'infobox

Jean Bühler

Il est né à la Chaux-de-Fond en 1919. Ce fils spirituel de Blaise Cendrars est l'auteur d'une œuvre considérable: romans, poèmes, essais, livres de voyage...

Tous reflètent les paysages intérieurs et les réflexions pertinentes de cet écrivain aventurier qui a sillonné le monde à la rencontre, notamment, des Aborigènes, des Touaregs, des Tziganes et autres tribus du Cap Vert.

C'est la terre africaine, où il sera tour à tour conseiller pour l'Unesco, la FAO, l'OCDE, qui marquera le plus son ouvre; l'Algérie, le Maroc et le Niger, le Congo et le Togo où ses expéditions le ramènent inlassablement.

Fin de l'infobox


Liens

×