Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'humanité fêlée de Zouc

Quand Baye dit Zouc avec les mots de Zouc. (Photo: Mario del Curto)

(swissinfo.ch)

Nathalie Baye incarne au Théâtre de Vidy-Lausanne l'humoriste romande, la femme bien enveloppée, à l'éternelle robe noire.

Il y a longtemps que Zouc la jurassienne s'est éloignée de la scène. L'actrice française la rend plus proche dans un spectacle signé Gilles Cohen.

Quand elle entre en scène d'un pas décidé et rapide, puis entame illico: «Il fait toujours chaud dans mon souvenir», on comprend vite que le désir de conjurer le passé, comme on conjure le diable, est brûlant.

On la croirait installée sur un morceau de volcan, Nathalie Baye. Assise sur le bord d'une chaise, face au public, elle est constamment prête à bondir.

Elle change d'ailleurs souvent de siège. Il y en a cinq sur scène, rien que pour elle, parce qu'elle ne tient pas en place. Cinq aussi parce qu'elle est multiple, Nathalie Baye. A chaque siège son personnage.

Mais que dis-je! Ce n'est pas elle qui est multiple, c'est Zouc qu'elle incarne. D'abord Zouc (Isabelle von Allmen pour le civil) la petite fille terrible de Saignelégier, un village du Jura où l'humoriste a passé son enfance, faisant baver parents, instituteurs et curés. Puis Zouc l'adolescente, aux prises avec ses démons intérieurs qui un jour la mènent à l'asile.

Ensuite Zouc la «campagnarde» débarquée à Paris. Paris qui plus tard fabriquera sa gloire d'humoriste.

Mais encore Zouc la généreuse, la solitaire, la souriante. Zouc le pitre aussi qui, des années durant, fit rire le public de Suisse, de France et de Navarre, avec des personnages à son image: humains et fêlés.

Zouc enfin délestée du poids de ses douloureuses interrogations grâce à une longue, très longue confidence faite à l'écrivain français Hervé Guibert, mort du sida il y a 15 ans.

De Lausanne à Paris

C'est lui qui a rassemblé les mots de l'humoriste et les a reformulés dans son style à lui, fait de gravité légère. Le tout est paru sous le titre «Zouc par Zouc».

Dans sa préface du livre, Guibert écrit: «Ce texte s'est fait en huit après-midi, dans les premiers jours de juin (nous sommes en 1974, NDLR). Zouc me parlait et je retranscrivais au fur et à mesure ce qu'elle me disait».

De ce texte est donc né le spectacle éponyme de Gilles Cohen qui sera donné, après Vidy, au Théâtre du Rond-Point, à Paris (du 10 octobre au 30 décembre).

Le spectacle s'arrête au moment où Zouc entre dans l'âge adulte. La suite, quelqu'un d'autre peut-être l'écrira un jour pour Zouc. Zouc, 56 ans, souffre d'une maladie qui l'a éloignée des planches. Un destin tragique que le théâtre adoucit aujourd'hui puisqu'il ramène l'humoriste sur le devant de la scène.

Celle qui a fait tant rire le public est peut-être en train de se dire, comme elle l'a confié à Hervé Guibert: «C'est la vie qui me joue des tours, c'est pour ça que je la laisse venir».

swissinfo, Ghania Adamo

Faits

«Zouc par Zouc», texte de Hervé Guibert, mise en scène de Gilles Cohen, avec Nathalie Baye.
A voir au Théâtre de Vidy-Lausanne jusqu'au 1er octobre, puis à Paris, Théâtre du Rond-Point, du 10 octobre au 30 décembre.
Des négociations sont en cours pour une tournée ultérieure.
Le texte «Zouc par Zouc» d'Hervé Guibert est réédité chez Gallimard.

Fin de l'infobox

En bref

Il y a quatre ans, tandis qu'il visite le Centre culturel suisse de Paris, Gilles Cohen découvre un livre d'Hervé Guibert. Dans cet ouvrage, l'auteur français restitue des réflexions de Zouc alors âgée de 24 ans.

Entre la lecture du livre et la première du spectacle à Lausanne, il se passe presque quatre ans. La connexion avec Nathalie Baye se fait en 2003 sur le tournage du film «Les sentiments» de Noémie Lvovsky, dans lequel Gilles Cohen doit régler une scène burlesque.

L'actrice lui confie alors son envie de refaire du théâtre. Plus tard, une conversation téléphonique est organisée entre Zouc et Nathalie Baye. En avril dernier, les deux interprètes se rencontrent en compagnie du metteur en scène.

Le projet prend corps et les répétitions commencent en août à Paris et se poursuivent à Lausanne depuis début septembre.

Fin de l'infobox


Liens

×