Navigation

Skiplink navigation

Fête des vignerons: premières impressions en demi-teinte

Une scène à la gloire du lac lors de la répétition générale de mercredi soir. Keystone / Laurent Gillieron

À la fois éblouissant, féerique, démesuré et tirant en longueur… Le spectacle de la Fête des vignerons de Vevey a enchanté le public qui a assisté à la répétition générale, mais certains aspects suscitent des critiques.

Ce contenu a été publié le 18 juillet 2019 - 11:18
Marie Vuilleumier avec la RTS

Les Suisses de l’étranger à l’honneur

La Fête des vignerons rend hommage aux Suisses de l’étranger le 25 juillet. Les vignerons résidant hors du territoire helvétique feront déguster leurs vins durant toute la journée et les représentants des Suisses de l’étranger défileront devant le Quai de la CGN Vevey-Marché à 16h30.

End of insertion

La Fête des Vignerons démarre officiellement ce jeudi à Vevey. Au programme durant trois semaines: des concerts, des parades, des expositions et le clou de la manifestation, le spectacle mis en scène par Daniele Finzi Pasca.

Le public qui a assisté à la répétition générale mercredi soir semble toutefois mitigé. Il a été séduit par la prestance des 5500 figurants, le plateau LED de 870m2, la technologie scénique et l’ambiance ébouriffante au sein de l’arène de 20'000 spectateurs. 

Mais les personnes interrogées par la Radio Télévision Suisse (RTS) trouvent le spectacle un peu trop long:

Contenu externe

La presse romande adopte également un ton plutôt critique après avoir assisté au spectacle. «Il y a trop de tableaux. Trop de figurants, parfois, relève Gérald Cordonier dans 24 Heures. Un spectacle total, clairement trop long mais réellement envoûtant.» 

Keystone / Laurent Gillieron

Le spectateur est emmené dans un tourbillon de féerie qui célèbre la vigne et les travailleurs de la terre, avec pour commencer une nuée d’étourneaux et des sauterelles chantantes, suivies de la troupe des Cent pour Cent, d’un bataillon de cartes à jouer et d’une libellule qui survole l’arène. Et bien sûr le chant traditionnel tant attendu du Ranz des vaches. La musique est l’une des plus grandes réussites de cette édition 2019, relève 24 Heures, qui aurait toutefois souhaité davantage de dialogues et de moments intimistes.

«La première Fête des vignerons du troisième millénaire est un spectacle total et technologique, long comme un rêve embarrassé par ses racines», écrit Thierry Raboud dans La Liberté. C’est surtout la démesure et le mariage des contraires qui ont fasciné le journaliste, d’abord ébahi par l’arène et le plateau, puis par le jeu de lumières, les chorégraphies et la multitude de figurants. 

La fameuse libellule qui surplombe l'arène. Keystone / Laurent Gillieron

Thierry Raboud salue également la qualité de la musique et des interprètes, mais il ajoute: «Ce spectacle trop long tend à confondre grandiose et grandiloquent, au point de s’empêtrer dans le monumentalisme.»

Le Temps semble en revanche convaincu par le «spectacle grandiose que Daniele Finzi Pasca offre à la ville de Vevey». Antoine Duplan affirme que la mise en scène «se débarrasse de quelques oripeaux mythologiques et se recentre sur le travail de la terre à travers des tableaux somptueux». Il souligne l’importance du collectif et l’engagement sans faille des figurants, qui permettent au «sentiment d’euphorie de déborder de l’arène».

Contenu externe


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article