Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Envoyée spéciale des Nations unies Une Suissesse pour la paix au Myanmar

Portrait Schraner Burgener

Christine Schraner Burgener est actuellement ambassadrice de Suisse à Berlin.

(Keystone)

La Suisse a une nouvelle diplomate de haut rang. L’ONU a nommé la Bernoise Christine Schraner Burgener envoyée spéciale pour la recherche d’une paix au Myanmar. Elle a déjà montré qu’elle savait amener des adversaires à la même table et des solutions à l’horizon.

A 53 ans, elle connaît la région et les mentalités du Sud-Est asiatique. De 2009 à 2015, elle a été ambassadrice à Bangkok. En partage de poste avec son mari, elle était responsable pour la Thaïlande jusqu’en 2012, tandis que lui s’occupait du Cambodge, du Laos et du Myanmar. Puis, en 2012, la Suisse a ouvert une ambassade au Myanmar, qui a été confiée à son mari.

En Thaïlande, Christine Schraner Burgener s’est engagée après l’escalade du conflit entre une majorité de la population et les élites représentées par les militaires et la famille royale. Lors de ces heurts entre «chemises rouges» et «chemises jaunes», elle a offert, de sa propre initiative, mais avec l’aval de Berne, les bons offices de la Suisse pour aider à éclaircir des cas de décès. 

En 2013, elle a réuni pour la première fois des représentants des victimes et du gouvernement à la même table, comme le journal «Sonntagsblick» l’a raconté par la suite. Sa connaissance de l’Asie du Sud-Est et ses talents de médiatrice ont donc convaincu les dirigeants de l’ONU.

Une négociatrice habile

Mais la diplomate s’était déjà fait remarquer avant sur la scène internationale: c’est elle qui a dirigé la délégation suisse lors des négociations qui ont abouti à l’interdiction mondiale des bombes à sous-munitions. Dans un entretien avec le même «Sonntagsblick», elle a décrit cela comme son plus grand succès diplomatique: «La communauté internationale avait demandé à la Suisse de diriger les négociations. J’avais donc les mains libres, mais seulement deux semaines devant moi».

Actuellement, Christine Schraner Burgener est ambassadrice de Suisse à Berlin. Elle s’est toujours montrée très engagée sur les questions d’égalité. Depuis 25 ans, elle a utilisé tous les leviers possibles pour promouvoir l’égalité des chances dans un monde – la diplomatie – autrefois très masculin. Sans faire beaucoup de bruit, mais avec insistance. 

Dès le début des années 90, elle a insisté pour la création d’un poste de délégué à l’égalité à Berne. Elle s’est battue pour le travail à temps partiel et le job-sharing, qu’elle a d’ailleurs pratiqué avec son mari, pas seulement en Thaïlande, mais déjà à Berne et à Dublin.

Rohingya

Réfugiés rohingyas à la frontière entre le Myanmar et le Bangladesh. Le conflit a déjà poussé 700'000 personnes sur les routes de l'exil.

(Keystone)

Conflit ethnique sans issue

Le nouveau poste de l’ambassadrice représente un défi énorme. Le conflit entre le gouvernement birman, de plus en plus dominé par les militaires, et la minorité musulmane des Rohingyas est loin d’être terminé. Près de 700'000 personnes ont déjà fui pour se réfugier à l’étranger. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterre,s a qualifié l’action du Myanmar de nettoyage ethnique.

Dans ce conflit, les Nations unies sont aussi paralysées qu’en Syrie. La Chine, soutenue par la Russie, empêche toute action vigoureuse contre le gouvernement du Myanmar et ses forces armées. La nouvelle envoyée spéciale suisse devra y faire ses preuves en tant que bâtisseuse de ponts.

Christine Schraner Burgener

Née en 1963 dans le canton de Berne, elle passe les dix premières années de sa vie à Tokyo et revient en Suisse en 1973. De 1983 à 1988, elle étudie le droit à Zurich.

Elle entre dans la diplomatie en 1991. De 1993 à 1997, elle est directrice adjointe de la Section Droits de l’homme du Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE). Puis elle est nommée à Dublin, où elle partage pendant quatre ans le poste de conseiller d’ambassade avec son mari. De 2001 à 2003, elle dirige la Section Politique des droits de l’homme du DFAE.

En 2009, elle est nommée ambassadrice à Bangkok, poste qu’elle partage à nouveau avec son mari, une première dans l’histoire de la diplomatie suisse. Depuis 2015, elle est la première ambassadrice suisse à Berlin.

Elle a deux enfants avec son mari Christoph Burgener et parle l’allemand, le français, l’anglais et le japonais.

Fin de l'infobox


(Traduction de l’allemand: Marc-André Miserez)

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.