La Chine soutiendra le Cambodge pour les élections en juillet

Le premier ministre du Cambodge, Hun Sen, au pouvoir depuis 32 ans, est accusé par les défenseurs des droits de l'homme de vouloir faire place nette avant des législatives (archives). KEYSTONE/AP/HENG SINITH sda-ats

La Chine s'est engagée à aider le Cambodge pour l'organisation des législatives de juillet. Elle fournira notamment des urnes et des isoloirs, a annoncé jeudi Phnom Penh, quelques semaines après la suspension de l'assistance de l'Union européenne et des Etats-Unis.

Après la dissolution en novembre du principal parti d'opposition du pays, Washington et Bruxelles avaient annoncé suspendre leur aide. Ils avaient estimé que le scrutin ne pouvait pas dans ces conditions être considéré comme "légitime".

"La Chine s'est engagée à fournir des équipements pour les élections de 2018", a expliqué Dim Sovannarum, porte-parole du Comité national électoral du Cambodge (NEC). Cela permettra au comité de garantir "la transparence" lors du processus, a-t-il ajouté.

La Chine, grand soutien du Cambodge, a toujours apporté une assistance technique lors des élections. Pour les municipales de l'été 2016, Pékin avait fourni des équipements pour l'équivalent de 11 millions de dollars (10,8 millions de francs).

Attaques contre l'opposition

Après l'annonce de non-assistance électorale de Washington et de l'UE, Hun Sen et la commission électorale avaient assuré que les élections se dérouleraient comme prévu, même sans aide ni observateurs internationaux.

Le principal parti d'opposition, le Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), a été dissous en novembre, point d'orgue d'une longue série d'attaques orchestrées par l'homme fort du pays, Hun Sen, contre son seul adversaire crédible dans les urnes. Le CNRP avait fait un score remarqué, de plus de 40%, aux législatives de 2013, une percée confirmée lors des municipales de juin 2017.

Depuis, Hun Sen, au pouvoir depuis 32 ans, est accusé par les défenseurs des droits de l'homme de vouloir faire place nette avant des législatives.

Le Cambodge, qui est devenu ces dernières années l'une des économies les plus dynamiques de la région, s'est fortement rapproché de son puissant voisin chinois. En 2016, les investissements directs chinois, ont représenté 11,2 milliards de dollars.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article