Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le PIB romand par habitant reste derrière celui de plusieurs autres régions de Suisse (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Le PIB romand devrait augmenter de 1,5% en 2017, selon les six banques cantonales de la région. La Suisse romande fait désormais partie des 10 zones européennes les plus prospères, révèlent des chiffres de 2015 présentés mercredi à Genève.

L'économie romande s'est reprise dès 2016 après la fin du taux plancher l'année précédente. De 0,8% de croissance en 2015, le produit intérieur brut (PIB) s'est étendu de 1,2% à près de 156 milliards de francs l'année dernière, ont indiqué les banques cantonales romandes avec les prévisions de l'institut CREA.

L'augmentation est similaire à celle du reste du pays. Elle est alimentée par la diversification et les activités à haute valeur ajoutée de l'économie de la région, ajoute l'étude publiée à la veille du Forum des 100. Parmi les secteurs d'activité, elle est liée avant tout à la pharma et à l'industrie alimentaire.

Pour 2017, la reprise de la zone euro, la solidité de l'économie américaine et l'amélioration des pays émergents devraient stimuler l'économie romande. Mais le franc reste fort et la situation ne devrait s'améliorer dans tous les secteurs qu'en 2018, où la prévision mise sur une croissance à 1,9%.

Derrière des régions suisses

Pour la seconde fois après 2008, les banques cantonales ont également comparé le PIB par habitant de la Suisse romande à celui des 300 régions de l'Union européenne (UE). Les autres régions suisses ont été ajoutées à l'analyse.

L'économie romande passe de la 12e à la 8e place. Elle est devancée par Londres, le Luxembourg, Zurich, le Tessin, le nord-ouest de la Suisse, la Suisse centrale et la grande région autour de Berne.

La comparaison est établie toutefois sur les chiffres de 2015 en raison des données disponibles. Depuis, la force du franc a fait reculer la croissance du PIB romand derrière celle de l'UE.

Par ailleurs, la Suisse romande constitue près d'un quart du PIB suisse, part en hausse. Et si la population romande avait augmenté autant que le reste de la Suisse et pas davantage, le PIB par habitant se serait étendu de plus de 5 points de pourcentage supplémentaire sur une quinzaine d'années.

Effets des taux de change

La progression romande par rapport aux régions européennes est attribuée pour moitié à ses bons chiffres économiques et pour l'autre aux effets de la conversion des PIB des régions suisses en euros pour le besoin de cette comparaison. La région rivalise avec des zones en Europe comme celles d'Amsterdam, Vienne ou encore Copenhague.

En combinant croissance et valeur ajoutée, la hausse du PIB romand est plus rapide que celle des régions industrielles du continent et plus importante que les zones émergentes de l'Est de l'Europe. La Suisse romande est 3e en compilant croissance et prospérité.

Sans les effets des prix et des variations des taux de change, la Suisse romande reste dans les 10% de régions européennes les plus prospères. Elle est 25e en terme de PIB par habitant et 12e en combinant croissance et prospérité.

ATS