Le Gripen E de Saab est exclu de la procédure d'évaluation pour un nouvel avion de combat. La décision a été prise par l'Office fédéral de l'armement (armasuisse) après que le constructeur suédois a indiqué qu'il ne participerait pas aux essais en vol.

Un rattrapage ultérieur des tests en vol et au sol irait à l'encontre de l'égalité de traitement de tous les candidats et n'est pas une option, indique jeudi armasuisse dans un communiqué. Saab avait précédemment indiqué que le calendrier de développement de son avion n'était pas adapté au plan suisse visant à tester des appareils pleinement opérationnels dès 2019.

Saab avait soumis diverses solutions alternatives pour pouvoir participer aux essais en vol de cette année. Armasuisse avait rejeté la proposition du constructeur suédois de mettre à disposition un Gripen C pleinement opérationnel en plus d'un avion d'essai Gripen E pour les tests en vol et au sol.

Saab estime que d'autres concurrents ont également démontré leurs capacités sur des plateformes existantes, qui diffèrent des versions définitives à livrer.

Dans la procédure d'évaluation en vue de l'acquisition d'un nouvel avion de combat - en remplacement du F/A-18 - l'avion furtif Lockheed Martin F-35, le F/A-18 Super Hornet de Boeing, le Rafale du constructeur français Dassault et l'Eurofighter d'Airbus restent en course. Ils ont subi de nombreux essais en vol à Payerne (VD).

Les essais en vol font partie de la procédure d'évaluation concernant l'acquisition d'un nouvel avion de combat à partir de 2025, pour un montant maximal de six milliards de francs. Le choix du type d'appareil reviendra au Conseil fédéral.

"Le meilleur choix"

Dans son communiqué, Saab se disait convaincu que le Gripen E représente le meilleur choix pour la Suisse. Ce modèle se distingue de ses concurrents en étant le tout dernier système d'avions de combat, selon le constructeur suédois. Sa production a déjà commencé et le premier avion sera livré cette année.

L'offre soumise en janvier dernier est toujours valable. Saab est prêt à s'engager à livrer 40 Gripen E-fighter dans les délais et à respecter toutes les spécifications et le budget prévu. L'offre inclut également un programme de support complet, impliquant les fournisseurs locaux, afin d'assurer des coûts d'exploitation les plus bas possible, ainsi que la plus grande autonomie.

Déjà un échec en 2014

Lors du dernier processus d'acquisition d'un nouvel avion de combat, Saab avait déjà proposé à la Suisse l'achat du Gripen E, en commun avec les forces aériennes suédoises. A l'époque, le calendrier de développement prévoyait une livraison à la Suisse en 2021.

Mais, en mai 2014, la population a rejeté en votation l'achat de 22 avions de combat Gripen pour 3,1 milliards de francs. Saab a alors modifié le calendrier et l'a adapté aux besoins de la Suède et du Brésil.

Comparaison au second semestre 2020

Pour chaque candidat, armasuisse, en coopération avec l'Etat-major de l'armée, les Forces aériennes, la Base logistique de l'armée et la Base d'aide au commandement, rassemblera dans des rapports spécialisés les résultats de la phase d'analyse et d'essais.

Ces rapports techniques constitueront la base d'une comparaison systématique et complète entre les différents candidats, qui sera effectuée au cours du second semestre 2020. Ils serviront également à déterminer pour chaque modèle d'avion la taille nécessaire de la flotte.

Sur cette base, armasuisse préparera un deuxième appel d'offres, conformément au calendrier actuel, et le remettra aux candidats. Une fois les résultats reçus, l'office fédéral comparera les différents postulants sur la base des rapports spécialisés et déterminera l'utilité globale pour chacun d'entre eux.

Un rapport d'évaluation sera ensuite établi, dans lequel l'utilité globale sera comparée aux coûts d'acquisition et de fonctionnement pendant trente ans.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.