Navigation

Encore trop de camions traversent les Alpes

Vingt-cinq ans après l'approbation de l'Initiative des Alpes, la Suisse est l'un des pays alpins où le transport de marchandises par chemin de fer joue un rôle plus important qu’ailleurs. Plus des deux tiers des marchandises transitant par des cols suisses empruntent le rail. Mais l'objectif de ramener le nombre de camions en dessous de 650’000 par an est loin d’être atteint.

Ce contenu a été publié le 20 février 2019 - 17:02
Kai Reusser / swissinfo.ch

En comparant les données relatives à la Suisse aux données sur le trafic de fret en Autriche et en France, une chose est claire: si, en France, le transport ferroviaire de marchandises continue de jouer un rôle marginal dans le transportLien externe de marchandises à travers les Alpes et qu'il représente moins du tiers du total, le transfert Lien externedu transport de marchandises de la route au rail semble bien se dérouler en Suisse.

En regardant le graphique, des tonnes de marchandises transportées en Suisse par la route et par le chemin de fer, on constate que depuis 2012, la quantité de marchandises transportées à travers la Suisse a augmenté de façon continue, mais que les tonnes de marchandises transportées par la route ont diminué. Au cours de la même période, le nombre de camions en transit a également diminué.

Contenu externe

Cependant, les objectifs chiffrés par la Loi fédéraleLien externe sur le transfert de trafic ont été jusqu'ici largement ignorés. Selon la loi, à partir de 2011, le nombre de camions en transit devait être inférieur à un million. Un seuil atteint uniquement en 2016.

La loi prévoyait également de poursuivre cette diminution dès 2018, deux ans après l’ouverture du tunnel ferroviaire du Gothard, avec une limite de 650’000 passages. Or en 2018, le nombre de camions transitant par les Alpes suisses était de plus de 900’000 unités.

Contenu externe


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article