Navigation

Bruyneel annonce avoir été suspendu pour dix ans

Ce contenu a été publié le 22 avril 2014 - 15:03
(Keystone-ATS)

Genève - Johan Bruyneel ne pourra pas exercer la moindre activité dans le monde du sort durant dix ans.
C'est l'Agence Américaine d'Arbitrage (AAA) qui a infligé cette sanction à l'ancien directeur sportif de Lance Armstrong, a indiqué le Belge lui-même mardi sur les réseaux sociaux. Cette suspension fait suite à une série d'auditions qui se sont déroulées en décembre dernier à Londres, où Bruyneel a été entendu par un panel d'arbitrage de l'Agence Américaine Antidopage (USADA).
Bruyneel est accusé d'avoir joué un rôle actif dans la politique de dopage de ses équipes successives dans le célèbre rapport de l'USADA qui a convaincu Lance Armstrong de dopage en octobre 2012. A la suite de ce rapport, Armstrong avait été privé de ses sept victoires dans le Tour de France et avait ensuite confessé son usage régulier de dopage.
Sur son blog, Bruyneel se pose des questions sur la compétence de l'AAA (et de l'USADA) à pouvoir le juger. "Je suis Belge et habite au Royaume-Uni. Je n'ai jamais été membre de la fédération américaine USA Cycling, et de plus je n'ai jamais signé un document donnant à l'USADA ou l'AAA autorité sur moi", écrit l'ancien directeur sportif des formations US Postal, Discovery Channel, Astana et RadioShack.
Retiré du peloton depuis son licenciement par RadioShack en 2012, Bruyneel poursuit son texte en mettant aussi en doute la manière dont l'USADA a mené son enquête, "se basant sur des rumeurs" selon lui. Il termine en expliquant qu'il est en train d'étudier la possibilité de se pourvoir en appel auprès du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) à Lausanne. "Mais là encore, je devrai à nouveau faire confiance à un organisme d'arbitrage", conclut l'ancien coureur.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.