Navigation

Condamnation définitive pour l'évêque négationniste Williamson

Ce contenu a été publié le 11 avril 2014 - 19:57
(Keystone-ATS)

Le tribunal régional supérieur de Nuremberg, dans le sud-est de l'Allemagne, a rejeté vendredi le dernier recours de Richard Williamson. L'évêque britannique s'opposait à sa condamnation à 1800 euros (2200 francs) d'amende pour propos négationnistes.

"La condamnation pénale de l'évêque Williamson est définitive", a déclaré cette juridiction dans un communiqué qui rappelle que le prélat avait été condamné en première instance à Ratisbonne (sud de l'Allemagne), le 16 janvier 2013, à 1800 euros (2200 francs), sentence confirmée en appel le 23 septembre de la même année.

"L'examen de cette (dernière) décision n'a pas révélé d'erreur de procédure en défaveur du prévenu", a souligné le tribunal régional pour expliquer le rejet du dernier recours de Richard Williamson.

Dans un entretien de novembre 2008 accordé à une télévision suédoise, alors que l'évêque se trouvait à Ratisbonne, et diffusé début 2009, le prélat avait nié l'existence des chambres à gaz et contesté le nombre de juifs décédés dans les camps de concentration.

La décision de vendredi constitue en fait la sixième et dernière étape d'un long processus judiciaire. Avant les condamnations de 2013, Mgr Williamson avait en effet été condamné dans cette affaire à 10'000 euros d'amende en 2010, un montant ramené à 6500 euros en appel en 2011. Mais en février 2012, la justice allemande avait annulé ces décisions, évoquant une erreur de procédure.

Tollé en Allemagne

Au cours des procès, Mgr Williamson a admis avoir nié l'Holocauste, mais fait valoir qu'il pensait que son intervention ne serait diffusée qu'en Suède, pays qui n'engage pas de poursuites pour ce genre de discours. La séquence avait été diffusée alors même que le Vatican levait une excommunication à l'encontre de Mgr Williamson et de trois autres évêques intégristes de la Fraternité Saint-Pie-X.

Elle avait provoqué un tollé dans la patrie du pape d'alors, l'Allemand Benoît XVI, qui n'était toutefois pas revenu sur sa décision.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.