Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des hooligans ont fait parler d'eux dimanche à Zurich. Le match de football entre Grasshopper (GC) et le FC Zurich (FCZ) au stade du Letzigrund a été interrompu à la 77e minute en raison de troubles provoqués par des spectateurs, lesquels ont fait quelques blessés légers.

Quelques minutes après l'interruption de jeu, la situation était "encore totalement confuse", a déclaré le porte-parole du FCZ Giovanni Marti, contacté par l'ats. L'arbitre Sascha Kever a estimé que la sécurité des joueurs n'était plus garantie.

Il a alors renvoyé les deux équipes au vestiaire. Après discussion avec les entraîneurs, il a décidé d'interrompre définitivement la partie. Grashopper menait alors 2 à 1.

L'origine de cet incident n'est pas encore clairement établie. Un reporter de Sportinformation qui était sur place a expliqué que dans leur secteur, des supporters de GC ont masqué leur visage avant de provoquer les supporters adverses en brûlant des drapeaux du FCZ.

Des fans du FCZ ont alors traversé la tribune orientale, neutre, en jetant un pétard lumineux en direction du secteur des supporters de GC. Tumulte et bagarres ont alors éclaté, qui ont fait quelques blessés légers, a indiqué à l'ats le porte-parole de la police Marco Bisa.

Il appartient à la Swiss Football League de statuer sur ce cas qui ne s'annonce pas simple, dans la mesure où les responsabilités semblent difficiles à établir. Le match pourrait être rejoué, ou seules les treize dernières minutes, en conservant le score. Autre possibilité: infliger une défaite par forfait à l'une des deux équipes.

Réaction embarrassée

Dimanche soir, les responsables des deux clubs se sont montrés embarrassés. "Je suis sans voix", a déclaré le président de Grasshopper Roland Leutwiler à la Télévision suisse alémanique. De telles scènes le rendent triste. "Le football suisse n'a pas mérité cela".

Le directeur sportif du FCZ Fredy Bickel a dit penser "aux familles dans le stade". Il s'est aussi demandé ce que de tels événements pourraient détruire "dans le football suisse et zurichois".

ATS