Navigation

L'ex-star de la TV Rolf Harris coupable d'agressions sexuelles

Ce contenu a été publié le 30 juin 2014 - 21:31
(Keystone-ATS)

Rolf Harris, 84 ans, star des petits écrans britanniques depuis la fin des années 1960, a été jugé coupable lundi à Londres d'agressions sexuelles contre quatre filles et jeunes filles. Il a été relâché sous caution jusqu'à vendredi, date à laquelle il sera fixé sur sa peine, qui pourrait être de la prison, a prévenu le juge.

L'ancien animateur de télévision et chanteur australien a été reconnu coupable de l'ensemble des charges pesant contre lui. Le procès de six semaines portait sur des agressions commises entre 1968 et 1986 sur quatre victimes, âgées de sept à 19 ans. M. Harris plaidait non coupable.

Pendant le procès, le parquet a décrit l'accusé, comme un personnage ayant une double personnalité de "Docteur Jekyll et Mister Hyde". Il se servait de sa célébrité pour agresser de très jeunes filles en toute impunité.

Installé au Royaume-Uni depuis 1952 et considéré jusqu'alors comme un "trésor national" dans ce pays, Rolf Harris a chanté lors du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II en 2012. Il avait aussi peint un portrait de la reine pour son 80e anniversaire en 2006.

Deux autres vedettes

Arrêté en mars 2013, il est la deuxième personnalité du spectacle à être condamnée pour agressions sexuelles dans le cadre de l'enquête de police "Yewtree".

Cette enquête a été lancée dans la foulée de l'affaire Jimmy Savile. L'ex-animateur vedette de la BBC, décédé en 2011, était soupçonné d'avoir commis des agressions sexuelles et des viols à l'encontre de plusieurs centaines de victimes, dont des enfants et adolescents, au cours de quatre décennies, en toute impunité.

Avant Rolf Harris, l'ancien gourou des relations publiques Max Clifford, 71 ans, a été condamné en mai à huit ans de prison pour des agressions sexuelles commises sur quatre adolescentes et jeunes femmes.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.