Navigation

Le président sud-soudanais d'accord pour rencontrer le chef rebelle

Ce contenu a été publié le 02 mai 2014 - 17:24
(Keystone-ATS)

Le président du Soudan du Sud a accepté l'ouverture de négociations directes avec le chef de la rébellion sur l'application d'un cessez-le-feu et la constitution d'un gouvernement de transition, a annoncé John Kerry. Le chef de la diplomatie américaineest arrivé vendredi à Juba pour faire pression sur les belligérants afin d'obtenir l'arrêt des hostilités.

Le président Salva Kiir "est prêt à se rendre prochainement à Addis Abeba, probablement en début de semaine prochaine, afin d'engager une discussion avec le Premier ministre (éthiopien) et, nous l'espérons, avec Riek Machar", son ancien vice-président devenu chef des rebelles, a dit le secrétaire d'Etat américain. L'Ethiopie doit servir de médiatrice.

M. Kerry a rappelé que Riek Machar avait auparavant déjà accepté une rencontre avec le président, mais qu'il s'entretiendrait à nouveau avec lui par téléphone plus tard dans la journée pour organiser des pourparlers face-à-face. Les premiers, s'ils devaient avoir lieu, depuis le début du conflit il y a plus de quatre mois.

Rencontre "essentielle"

"On peut dire avec certitude que le président Kiir était très ouvert (...) à l'idée de prendre des mesures énergiques pour mettre fin à la violence, appliquer l'accord de cessez-le-feu (signé le 23 janvier mais jamais respecté) et commencer à collaborer avec respect à un gouvernement de transition", a déclaré M. Kerry.

"Cette rencontre de Riek Machar et du président Kiir est essentielle pour pouvoir réellement s'engager sérieusement sur la façon dont l'accord de cessez-le-feu sera une fois pour toutes réellement mis en oeuvre", a-t-il également ajouté.

Indignation sans effet à ce jour

La communauté internationale ne cesse de s'indigner - sans résultat jusqu'ici - des atrocités et crimes de guerre (massacres ethniques, viols ou encore recrutement par milliers d'enfants-soldats) perpétrés par les forces gouvernementales et rebelles.

Des milliers de personnes ont déjà péri - probablement des dizaines de milliers, mais les bilans précis manquent -, tandis qu'au moins 1,2 million de Soudanais du Sud ont fui leurs foyers, dans ce pays parmi les plus pauvres de la planète.

Les camps de l'ONU à travers le pays abritent, dans des conditions épouvantables, plus de 78'000 civils craignant d'être massacrés s'ils se risquent à l'extérieur.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.