Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Syrie: appels à la trêve au sommet et tués par dizaines dans la rue

L'émissaire international Lakhdar Brahimi a appelé dimanche les belligérants en Syrie à proclamer "unilatéralement" un cessez-le feu, à l'issue d'un entretien avec le président Bachar al-Assad. Au même moment, le quartier chrétien de Damas était secoué par un attentat.

"J'en appelle à tous pour qu'ils prennent une décision unilatérale d'arrêter les hostilités à l'occasion de l'Aïd al-Adha (une fête célébrée du 26 au 28 octobre) et pour que cette trêve soit respectée à partir d'aujourd'hui ou de demain", a déclaré M. Brahimi. Les experts se montrent toutefois très sceptiques quant à la possibilité d'un cessez-le-feu.

Initiative personnelle

M. Brahimi a souligné qu'il s'agissait d'une "initiative personnelle, et non d'un plan détaillé de paix. C'est un appel à chaque Syrien". Il a ensuite indiqué avoir contacté des dirigeants de l'opposition civile en Syrie et en exil, et les groupes armés à l'intérieur du pays, affirmant que son appel avait reçu "un accueil très favorable".

M. Assad a affirmé de son côté qu'il était "ouvert à tous les efforts sincères pour une solution politique à la crise, sur la base du refus de toute ingérence étrangère", selon l'agence officielle Sana.

Pas de trêve sur le terrain

Sur le terrain, la trêve semblait loin. Dimanche matin, un attentat a visé pour la première fois le quartier chrétien de la vieille ville de Damas, faisant au moins 13 morts et 29 blessés, selon Sana. La hiérarchie chrétienne et une grande partie de cette communauté ont pris position en faveur du régime de Bachar al-Assad.

Parallèlement, des affrontements entre armée et rébellion faisaient rage dimanche matin dans la banlieue proche de Damas, ainsi qu'à Alep (nord), deuxième ville de Syrie, théâtre de violents combats depuis trois mois, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Au total, dimanche, au moins 55 personnes ont péri à travers le pays, selon l'OSDH. En 19 mois d'affrontements, les violences ont fait 34'000 tués, affirme l'ONG, proche de la résistance.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.