Toute l'actu en bref

Une détenue est parvenue à s'évader de la prison pour femmes de Hindelbank (BE) parce que les clôtures de sécurité sont obsolètes (archives).

KEYSTONE/MARCEL BIERI

(sda-ats)

Une détenue de la prison pour femmes de Hindelbank (BE) a réussi à s'évader mardi soir. Au lieu de se rendre comme convenu au service sanitaire interne, elle a escaladé une clôture et pris la poudre d'escampette.

Une minute plus tard, le service interne de sécurité a entamé les poursuites, a indiqué samedi Annette Keller, directrice de l'établissement. Car le franchissement d'une clôture déclenche une alarme.

Mais la fuyarde, âgée entre 30 et 40 ans, n'a pas pu être retrouvée est est toujours en fuite. Mme Keller confirmait une information diffusée samedi par la télévision régionale TeleBärn.

La population n'a pas été informée parce que cette Croate n'est pas dangereuse. Elle a été incarcérée pour des vols et d'autres infractions contre le patrimoine. Dans de tels cas, l'Office de la justice n'informe que sur demande, mais pas de manière active.

Selon Annette Keller, la détenue a profité du fait que la clôture de sécurité de la seule prison pour femmes du pays ne répond plus aux normes actuelles. Ses caractéristiques sont obsolètes. Cette lacune est due au fait que le canton de Berne réfléchit depuis longtemps à l'avenir de cet établissement pénitentiaire.

ATS

 Toute l'actu en bref