Une jeunesse qui vaut mieux que sa réputation

Les jeunes sont très souvent prêts à se dépasser. Keystone

Paresseux et incapables – les préjugés sur les jeunes Suisses doivent être corrigés, selon une étude soutenue par le Fonds national de la recherche scientifique.

Ce contenu a été publié le 22 novembre 2006 - 12:27

Ils sont en réalité empreints d'empathie, responsables et prêts à transpirer, constatent les chercheurs.

Première suisse en la matière, cette étude menée auprès de 3000 jeunes du pays focalise son attention sur trois temps de leur vie: enfance moyenne, adolescence et âge adulte précoce.

Selon ses premiers résultats, les jeunes possèdent un niveau étonnement élevé de compétences sociales – capacité à ressentir des émotions solidaires, sens de la responsabilité – constate Marlis Buchmann, professeure au Jacobs Center de l'Université de Zurich.

Selon cette étude, la capacité d'empathie augmente fortement entre l'enfance et l'adolescence et garde sa force jusqu'au stade du jeune adulte.

Contrairement à une idée répandue, fillettes et garçons présentent à six ans un développement empathique très semblables, observent les chercheurs.

Puis, entre 15 et 21 ans, le sentiment d'empathie apparaît clairement plus prononcé chez les femmes. De l'eau au moulin de ceux qui les estiment éduquées à entretenir ce type de compétence.

Une différence ensuite gommée

Les chercheurs ont aussi évalué dans le temps les compétences productives des jeunes. Constat: les adolescents de 15 ans présentent en général une grande disposition à l'effort.

A 21 ans, cette compétence est nettement plus évidente encore. Le préjugé qui les voit ni prêts à s'engager ni volontaires est balayé.

Chez les adolescentes de 15 ans, cette aptitude à l'effort est clairement plus développée que chez leurs homologues masculins. Mais au début de l'âge adulte, cette différence est très largement gommée.

«Type cool» plutôt que gagneur

De toute évidence, les filles s'engagent pleinement dès l'école alors que les garçons voient augmenter leur disposition à l'effort plus tardivement, commente Marlis Buchmann.

Cette différence entre sexe s'explique peut-être aussi chez les adolescents par le modèle en vigueur, qui les incite plutôt à se profiler en «type cool» qu'en gagneur.

L'étude met en évidence des adolescents mâles plus disposés à se dépasser au sein d'environnements spécialisés et proches de leurs intérêts, du type de l'enseignement professionnel.

L'importance de la reconnaissance

Les auteurs relèvent aussi l'importance des expériences extrascolaires pour le développement des compétences sociales et productives des jeunes.

Les relations émotionnelles entre parents et enfants jouent d'ailleurs un rôle étonnement important pour la capacité d'empathie aux trois âges en question.

Ceci dit, l'école est cruciale pour le développement des capacités productives, constatent aussi les chercheurs. Précision: le niveau de formation n'est pas déterminant pour l'effort et l'aptitude à se dépasser.

Pour les jeunes, l'élément décisif est plutôt la manière dont ils perçoivent leur environnement scolaire. Et en particulier la reconnaissance rencontrée auprès de leurs professeurs et leurs camarades.

swissinfo et les agences

En bref

L'enquête sur l'enfance et la jeunesse en Suisse (COCON) est un projet interdisciplinaire qui étudie les conditions sociales, les expériences de vie et le développement psycho-social des enfants et des jeunes en Suisse. Et cela, sur la durée.

Concrètement, une partie des enfants et des jeunes participent à une étude unique. L'autre partie constitue l'échantillon de l'étude réitérée à intervalles périodiques.

Cette étude examine les transitions importantes dans le parcours de vie des enfants et des jeunes. Exemple: l'entrée à l'école, le passage au degré supérieur, le début de la formation professionnelle, puis de la vie active. Elle examine aussi l'acquisition de compétences, de valeurs et d'aptitudes.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article