L’introduction d’une taxe sur les billets d’avion est débattue lundi au Conseil national dans le cadre la révision de la loi sur le CO2. Sept organisations écologistes ont défendu l'introduction d'une telle taxe en manifestant lundi matin à Berne.

Les organisations actif-trafiC, ATE Association transports et environnement, WWF Suisse, la Fondation suisse de l’énergie, la CESAR Coalition environnement et santé pour un transport aérien responsable, l’Alliance Sud et l’Alliance climatique demandent au Parlement de prendre ses responsabilités, indiquent-elles dans un communiqué. Si la Suisse tient à atteindre les objectifs de l’accord de Paris sur le climat, introduire une taxe sur les billets d’avion est un pas nécessaire, selon elles.

Le trafic aérien est responsable de plus de 18% de l'impact climatique causé par l’homme en Suisse, et les prévisions sont à la hausse. Si rien de concret n’est entrepris, ce secteur sera le plus lourd dans le bilan climatique de la Suisse en 2030, ont souligné plusieurs personnalités comme les conseillers nationaux Lisa Mazzone (Verts/GE), Priska Seiler Graf (PS/ZH) et Thomas Hardeggger (PS/ZH).

En dépit de son impact considérable sur le climat, le transport aérien continue d’être exonéré de l’impôt sur le carburant, de la TVA et de la taxe CO2. Il est donc fortement subventionné, ce qui se traduit par des prix très bas et une constante augmentation de la demande, expliquent plus loin les ONG.

Une mesure largement acceptée

Selon des sondages de l’institut gfs-zurich, commandés par la Fondation suisse de l’énergie, une majorité de la population se dit favorable à des mesures visant à répercuter les coûts environnementaux de l’aviation sur le prix des billets. Elle souhaite que les recettes soient investies dans des projets de protection du climat en Suisse.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.