Navigation

Boosté par le coronavirus, le savon artisanal «Swiss Made» part à la conquête de la Chine

© Thomas Kern/swissinfo.ch

Plusieurs fois menacée de disparition, la plus ancienne savonnerie de Suisse connaît un regain d’activité en raison des mesures d'hygiène imposées par la crise du coronavirus. Son nouveau propriétaire, un homme d’affaires hongkongais, ambitionne désormais de conquérir le marché asiatique. 

Ce contenu a été publié le 22 octobre 2020 - 10:44

Située à mi-chemin de Bâle et de Zurich, la vallée argovienne du Fricktal est surtout connue pour ses cerisiers qui, lors de la floraison printanière, offrent un spectacle étincelant aux randonneurs. Le Fricktal, c’est aussi l’une des régions les plus conservatrices de Suisse: l’UDC, le parti de la droite souverainiste helvétique, y règne quasiment sans partage, avec des scores électoraux dépassant régulièrement les 40%.  

Autre particularité locale: la région abrite sur ses terres la plus ancienne savonnerie de Suisse. Fondée en 1929 par Gotthilf Mettler, qui fut à l’origine du premier savon à la glycérine en Suisse, l’usine Mettler occupe aujourd’hui encore les locaux d’origine de la savonnerie située le long de la route principale de la vallée, dans le petit village d’Hornussen.

Si le processus de fabrication de ces savons labellisés «Handmade in Switzerland» («faits à la main en Suisse») n’a pratiquement pas évolué depuis 100 ans (voir galerie ci-dessous), la savonnerie argovienne n’a plus rien à voir avec la société familiale florissante du siècle dernier.

En 2013, Christoph Mettler, représentant de la troisième génération de la famille fondatrice, est contraint de mettre la clé sous la porte: la concurrence étrangère est trop forte et la faillite inévitable.

La savonnerie Mettler est ensuite rachetée par Sodecos, une société spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de produits cosmétiques. Basée à Henniez, dans le canton de Vaud, elle est dirigée par l’homme d’affaires honkgongais Hai Tak Yip, dit «Peter» Yip, et compte une quinzaine d’employés en Suisse.

Un homme d’affaires attiré par «la beauté des femmes»

Hai Tak Yip, dit «Peter» Yip, est un homme d’affaires hongkongais résidant en Suisse et actif dans la cosmétologie.

C’est en admirant les peintures de son père, l’artiste M.Ping-Sum Yip, qu’il s’est familiarisé dès son plus jeune âge avec la beauté des femmes, explique-t-il à SWI swissinfo.ch. 

Actif d’abord en Asie avec la marque La Prairie, il revient en 2005 en Suisse – où il avait étudié à la fin des années 1960 - pour y fonder les marques de cosmétiques Bellefontaine et La Vallée Switzerland.

Il crée ensuite Sodecos SA et acquiert en 2013 la marque de savons Mettler-Seifen, dans le canton d’Argovie.

Il développe de nouvelles gammes de soins cosmétiques pour le visage et le corps tout en poursuivant la production traditionnelle de savons à la glycérine de la marque Mettler.

«Peter» Yip réside au Château d’Henniez, dans le canton de Vaud, qu’il a acquis en même temps que l’ancienne usine d’eau minérale Henniez Santé, où travaillent désormais les équipes du groupe Sodecos.

End of insertion

Le savon n’est qu’une petite partie de l’activité du groupe Sodecos. L’usine d’Hornussen ne compte d’ailleurs plus que quatre employés, supervisés par un chef de projet basé à Henniez mais qui donne régulièrement des coups de main à la production en Argovie.

Parmi eux, aucun ne parle le dialecte local. Le chef de projet et trois des employés sont polonais, tandis que la doyenne de l’usine, Tümer Gülfidan, est originaire de Turquie.

Tümer Gülfidan.

«Quand j’ai commencé à travailler chez Mettler Seifen il y a 24 ans, nous étions encore 80 employés. J’aime beaucoup ce travail mais j’ai souvent eu peur de le perdre», affirme la quinquagénaire turque, véritable mémoire vivante de l’entreprise.

Des ressources humaines non délocalisables

Dernier rebondissement en date dans une saga mouvementée: au printemps 2019, en raison notamment de litiges sur le loyer à payer – les locaux de la savonnerie ont été revendus à un investisseur externe lors de la faillite -, Sodecos annonçait la fermeture du site d’Hornussen et le déplacement d’une partie des activités de la savonnerie sur son site de Worben, dans le canton de Berne.

Mais le 1er mai de cette année, après deux mois de fermeture consécutive à des travaux de rénovation, la production de savon redémarrait à Hornussen. La délocalisation annoncée s’est en effet vite transformée en casse-tête pour les dirigeants de Sodecos. Les machines d’assemblage et d’emballage, vieilles mais robustes, se sont révélées difficilement transportables. Et le licenciement de Tümer Gülfidan aurait représenté une perte de savoir-faire trop importante pour la bonne marche de la production.

La crise du coronavirus est aussi passée par là. Depuis le mois de février et les mesures d’hygiène mises en place pour lutter contre la pandémie, la demande pour les savons Mettler a explosé. «Nos savons ont une haute teneur en glycérine, un produit d’origine naturelle qui ne provoque pas d’irritations ni de sécheresse cutanée», affirme Ines Lachetta, responsable des ventes de Sodecos. Un atout majeur à l’heure où le lavage consciencieux des mains fait désormais partie du quotidien de la plupart des habitants de la planète.

De mai à juillet, la production de savons a été multipliée par cinq sur le site d’Hornussen. «Durant cette période, nous avons été contraints d’engager quatre employés temporaires supplémentaires. Toutes les machines tournaient en même temps et nous n’arrivions plus à suivre avec les commandes», souligne Mirek Piech, le responsable de projet.

Seule entreprise à fabriquer des savons à la glycérine en Europe, Mettler ne produit pas seulement en nom propre. Elle livre également ses savons en sous-traitance à d’autres marques du continent, à l’instar de l’italien Ortigia.

L'Extrême-Orient en point de mire

Les dirigeants de Sodecos sont confiants et estiment que la forte demande observée ces derniers mois devrait perdurer à moyen terme. Avec un prix relativement élevé (7,80 francs les 100 grammes de savon à la glycérine), la société vaudoise n'a pas pour ambition d'inonder les étalages des enseignes de la grande distribution. Mais plutôt de faire sa niche dans les pharmacies et drogueries européennes, tout en misant en parallèle sur l'essor du commerce en ligne. 

Prochaine destination: la Chine. Sodecos y possède déjà un partenaire de vente et affûte actuellement son plan marketing pour une grande opération de communication prévue en 2021. «C’est sur ce marché que nous voyons notre plus grand potentiel de croissance. En Europe, c’est plus compliqué, parce que la France et l’Italie se sont déjà imposées comme les deux pays producteurs de savon par excellence», souligne Mirek Piech.

Avec un argument de vente massue: le «handmade in Switzerland», qui figure en bonne place sur les emballages des savons et produits cosmétiques de la marque Mettler. Et un constat qui n’a pas échappé à Sodecos: le savon dur est toujours très utilisé en Asie pour le lavage des mains et du corps. «Notre ambition est, qu’à l’avenir, les consommateurs chinois associent directement le savon à la glycérine à la Suisse», espère Mirek Piech.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.