Navigation

Comment les Suisses dépensent leurs 10'114 francs de revenu mensuel

Les Suisses dépensent une grande partie de leur argent pour se loger et se déplacer. Keystone / Martin Ruetschi

Se loger, se déplacer et s’acquitter des frais obligatoires, voici à quoi sert l’argent des Suisses. En comparaison internationale, ils ont un taux d'épargne élevé. Cependant, le titre de champion du monde de l'épargne est de loin détenu par un autre pays.

Ce contenu a été publié le 24 novembre 2020 - 16:36

Les ménages suisses ne cessent de grossir. Le revenu moyen des ménages dans le pays était de 10'114 francs par mois en 2018. C'est près de 200 francs de plus que l'année précédente et plus de 1500 de plus qu'en 2006, lorsque les données ont été collectées pour la première fois selon la méthode actuelle.

Les trois quarts des revenus proviennent d'un emploi rémunéré, tandis que les rentes et les prestations sociales représentent environ un cinquième du revenu brut d'un ménage moyen, composé de 2,2 personnes. En revanche, les revenus de la fortune ne jouent pratiquement aucun rôle pour la grande majorité des ménages, comme le montre l'enquêteLien externe publiée lundi par l'Office fédéral de la statistique.

Un tiers pour les dépenses obligatoires

Il est également intéressant de découvrir à quoi sert l’argent des ménages. Un peu moins d'un tiers du revenu brut va à la collectivité, aux autorités fiscales, aux assurances sociales et aux caisses maladie, dont les cotisations sont obligatoires en Suisse. Ces dépenses obligatoires ont augmenté de manière disproportionnée depuis 2006, avec une hausse de près de 27%.

Après déduction de ces dépenses, il reste au ménage suisse moyen 7069 francs par mois, dont il peut disposer librement. Toutefois, tout le monde ne peut de loin pas établir son budget mensuel avec cette somme d’argent. Environ 60% des ménages doivent se débrouiller avec un revenu inférieur au revenu disponible moyen.

Avec près de 1500 francs par mois, le logement est le plus important des postes budgétaires volontaires. Si l'on ajoute les frais d’aménagement et d’entretien, les frais de logement passent même à 1700 francs par mois.

Contenu externe

Mais la mobilité pèse aussi lourd sur le budget des ménages: plus de 750 francs sont dépensés pour les voitures, motos, trains, avions, vélos et autres moyens de transport, la voiture représentant la plus grande part. Les transports constituent le deuxième poste budgétaire le plus important après le logement.

De moins en moins pour la nourriture

La nourriture n'arrive qu'en troisième position, avec 730 francs par mois. À travers une comparaison internationale des dépenses alimentaires, on peut observer un phénomène connu. Plus le revenu est élevé, plus la proportion consacrée à l'alimentation est faible. En Suisse, en 2006, les ménages dépensaient 8,6% de leur revenu brut pour l'alimentation, en 2018, ce n'était plus que 7,3%.

Dans cette logique, il n'est donc pas surprenant qu'au sein de l'Union européenne, la Roumanie soit le pays où la nourriture représentait la plus grande part des dépenses de consommation en 2017. Concrètement, en Roumanie, le pays de l'UE ayant le deuxième plus faible revenu par habitant en fonction de la parité de pouvoir d'achat, plus d'un tiers des dépenses de consommation sont consacrées à l'alimentation, aux boissons et au tabac. Au Royaume-Uni, où cette catégorie représentait en 2017 la part la plus faible des dépenses de consommation dans l'UE, ce chiffre n'est que d'environ 14%, soit le même qu'en Suisse.

Les habitants des pays riches dépensent aussi plus d'argent dans les produits de luxe. En Grande-Bretagne, par exemple, 15% des dépenses de consommation sont consacrées à des activités culturelles et de loisirs. Les Britanniques accordent manifestement plus d'importance aux loisirs que les Suisses, qui ne consacrent que 10% de leurs dépenses de consommation à la culture et aux loisirs.

Toutefois, il existe également des écarts évidents par rapport à cette règle empirique au sein de l'Europe. Galina Kolev, professeure d'économie à l'Institut de l'économie allemande à Cologne, parle des préférences régionales. Par exemple, il est surprenant de constater que l’on dépense environ trois fois plus pour la restauration en Grèce qu'en Allemagne.

1589 francs pour le haut de gamme

Mais revenons à la Suisse: sur les 10'114 francs de revenu brut, un ménage moyen après consommation (5296 francs), dépenses de transfert obligatoires (2872 francs) et autres dépenses telles que dons, assurances et impôts, dispose encore de 1589 francs par mois ou environ 16% du revenu brut pour épargner.

Avec son taux d'épargne, la Suisse se classe régulièrement parmi les champions dans les comparaisons internationales - avec des pays comme la Suède, le Luxembourg et l'Allemagne. Cependant, la Chine, avec un taux d'épargne d'environ 40%, est le leader incontesté en matière d’épargne.

Les commentaires ont été désactivés pour cet article. Vous pouvez trouver un aperçu des conversations en cours avec nos journalistes ici. Rejoignez-nous !

Si vous souhaitez entamer une conversation sur un sujet abordé dans cet article ou si vous voulez signaler des erreurs factuelles, envoyez-nous un courriel à french@swissinfo.ch.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.