Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Leica rejette une OPA hostile

Leica veut conquérir le marché seul.

(Keystone)

Le fabricant suisse d'appareils de mesures Leica Geosystems a rejeté lundi une offre publique d'achat (OPA) hostile du groupe suédois Hexagon.

Le groupe suisse estime que l’offre de 440 francs par action est insuffisante. En tout, Hexagon, qui vise 50,1% des actions, met 1,1 milliard de francs sur la balance.

L’entreprise de Heerbrugg (Saint-Gall) a pris connaissance de la proposition de reprise publiée officiellement. Comme lors de l’annonce de l’offre d’Hexagon, le 13 juin dernier, le groupe a à nouveau manifesté son refus lundi.

«Nous allons recommander à nos actionnaires de rejeter cette offre», précise le communiqué de Leica Geoystems. Ce dernier se dit convaincu de réaliser une meilleure plus-value à court et moyen terme seul qu’avec Hexagon.

Conformément au calendrier prévu, la firme scandinave propose 440 francs par action, valorisant Leica Geosystems à 1,1 milliard de francs. Les Suédois veulent obtenir au moins 50,1 % des titres.

Cela équivaut à 21,2% de mieux par rapport au cours moyen des 30 jours précédant la publication de l’offre par Hexagon, le 13 juillet dernier. Ce jour-là, le titre atteignait 362,94 francs.

Quoi qu’il en soit, l’offre courra du 11 juillet au 5 août. Un délai supplémentaire est déjà agendé du 12 au 25 août.

Dans son communiqué, Hexagon précise que le prix offert par titre sera diminué en cas de changements financiers chez Leica Geosystems, par exemple si l'entreprise helvétique décidait de verser un dividende avant le bouclement de la transaction, ou d'augmenter son capital.

Seul un rachat total fait sens

Dans la publication de son OPA, Hexagon rappelle que Leica Geosystems avait voulu lui céder sa division métrologie en décembre dernier. Après analyse, le groupe suédois est toutefois arrivé à la conclusion que seul le rachat de l'ensemble de son concurrent avait un sens stratégique.

De son côté, le conseil d'administration de Leica Geosystems rejette l'opération depuis le début. Elle est à ses yeux sous-évaluée et les avantages industriels avancés par les Suédois infondés, car ils conduiraient à diversifier à nouveau Leica Geosystems.

Cette situation, qui prévalait il y a une quinzaine d'année, s'était révélée peu rentable.

De même, le syndicat Unia s’oppose à un rachat, craignant que le groupe suédois ne procède à des licenciements.

De son côté, le patron de Hexagon, Ola Rollén, proteste que ne sera pas le cas. Au contraire, Hexago et Leica Geosystems se complèteront de manière idéale afin de devenir une pointure mondiale.

D’ici la mi-juillet, le conseil d’administration du fabricant st-gallois d'appareils de mesures va publier un rapport détaillé sur la valeur et le potentiel de la société.

swissinfo et les agences

Faits

Leica Geosystems est présent dans 21 pays et est représenté dans 100 pays. Il emploie près de 2500 personnes et son siège est à Heerbrugg (Saint-Gall).
Leica Geosystems est le numéro deux mondial des instruments de mesure (surface de la terre, montagnes, villes et bâtiments).
Hexagon emploie quelque 6400 collaborateurs dans 25 pays et son siège se trouve à Stockholm (Suède).

Fin de l'infobox

En bref

- Avec un chiffre d’affaires de 1,4 milliard de francs, le groupe technologique suédois Hexagon est deux fois plus important que Leica Geosystems, qui a réalisé 773 millions durant l’exercice 2004/2005.

- Le groupe suédois a enregistré un bénéfice de 61 millions de francs, contre 50,6 millions pour Leica Geosystems.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.