Navigation

Un imam prêchant la haine à Bienne reçoit l’aide sociale

L'imam biennois Imam Abu Ramadan appelle à anéantir les autres religions. Rundschau

Scandale autour d’un imam à Bienne. Le Libyen de 64 ans est soupçonné de tenir des propos haineux lors de ses prêches dans une mosquée de cette ville du canton de Berne. De plus, il est accusé d’abuser de l’aide sociale, selon une information de trois médias alémaniques. Les autorités pourraient prendre des mesures contre lui.

Ce contenu a été publié le 24 août 2017 - 09:29
swissinfo.ch avec les agences/kr

«Oh Allah, je te prie d'anéantir les ennemis de notre religion, d'anéantir les juifs, les chrétiens, les Russes, les chiites, je te demande de les anéantir tous et de rendre à l'islam son ancienne gloire», aurait récemment déclaré l'imam libyen Abu Ramadan, qui officie occasionnellement dans la mosquée Ar'Rahman de Bienne.

L’homme, domicilié dans la commune voisine de Nidau, percevait également l’aide sociale. Il aurait touché à ce titre 600'000 francs au cours des treize dernières années. L’affaire a été révélée par les quotidiens Bund et Tages-Anzeiger, ainsi que l'émission Rundschau de la télévision suisse alémanique SRF.

Contenu externe


Retrait du statut de réfugié

Originaire de Libye, l’imam est arrivé en Suisse en 1998, poursuivi dans son pays pour islamisme. Il a reçu l'asile et est aujourd'hui au bénéfice d'un permis C.

Le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) a accordé à l'imam le statut de réfugié en 2001, a précisé le canton de Berne. Mais le 3 août dernier, le SEM a décidé de révoquer l'asile et de lui retirer la qualité de réfugié, car il s'est rendu plusieurs fois dans son pays et serait en possession d'un passeport libyen.

Dès que la décision du SEM sera entrée en force, l'homme ne sera plus soumis au droit d'asile, mais aux dispositions de la loi sur les étrangers. Dès lors, le canton de Berne entend examiner les «mesures qui s'imposent». Cet imam bénéficie d'un permis d'établissement C.

Plainte pénale?

Les autorités de la Ville de Bienne étudient la possibilité de déposer une plainte pénale contre l’imam ou d'une intervention directe dans la mosquée. Elles ont eu connaissance de ce cas le 11 août, a expliqué Beat Feurer, directeur de l'action sociale et de la sécurité.

L'imam tire profit de la société libérale pour «semer la discorde», a affirmé Erich Fehr, maire de la ville. A la question de savoir si un retrait de son autorisation d'établissement s'impose, l'élu socialiste a répondu: «Nous en sommes tous convaincus». Il estime qu’une formation en Suisse pourrait reconnecter certains imams à la situation des musulmans qui vivent dans le pays.

Prévention de l’extrémisme

A Bienne, Beat Feurer a chargé le groupe de spécialistes pour la prévention de l'extrémisme et de la violence d'effectuer les vérifications nécessaires et de proposer des mesures concrètes. Les autorités annonceront par ailleurs ce vendredi la création d'un organe de contact pour la prévention de l'extrémisme et de la violence.



Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.