L’engrenage sans fin des stages non payés

Faute d’un premier emploi, de jeunes universitaires acceptent des stages, souvent non payés, dans des organisations internationales, des ONG, la culture ou la communication. Déjà connu à l’étranger, le phénomène devient de plus en plus courant en Suisse aussi. (RTS/swissinfo.ch)

Camille, 24 ans, master en relations internationales, Thomas, 31 ans, bachelor en histoire de l’art et master en relations internationales: deux exemple de jeunes très qualifiés, réduits à travailler des mois pour rien ou pour trois fois rien, mis à part une ligne de plus dans leur CV.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article