La reprise des expulsions vers l’Afrique fait un flop

Cinq des six personnes embarquées le 28 juillet à Zurich ont dû rebrousser chemin après que les Gambiens ont refusé l'autorisation d'atterrir à l'avion affrété par la Confédération.

Ce contenu a été publié le 15 août 2010 - 17:18

Plus de quatre mois après le décès d'un Nigérian lors de son expulsion sous la contrainte à l'aéroport de Zurich, l'Office fédéral des migrations (ODM) a affrété un vol de la société «Hello».

Confirmant une information de la "NZZ am Sonntag", Jonas Montani, porte-parole de l'ODM, a précisé que le vol avait pour destinations le Mali et la Gambie.

A Bamako, pas de problème pour déposer un requérant d'asile malien débouté. Mais l’avion n’a pu poursuivre à Banjul, les autorités de l'aviation civile gambienne lui ayant refusé le droit d'atterrir. De retour à Zurich, les cinq Gambiens ont été replacés en détention en vue d'une prochaine expulsion, dont la date n’est pas précisée «pour raison de sécurité».

«C'est la première fois qu'on nous refuse un atterrissage en Gambie», a ajouté le porte-parole de l'ODM. Il n'existe certes aucun accord de réadmission signé entre les deux pays mais la coopération s'est toujours déroulée sans accroc lors des actions précédentes.

Le coût d'un vol se monte à quelque 110'000 francs.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article