Navigation

Procès Pistorius: l'ancien athlète pilonné par le procureur

Ce contenu a été publié le 11 avril 2014 - 17:08
(Keystone-ATS)

Le procureur a accusé vendredi Oscar Pistorius d'avoir délibérément assassiné sa petite amie Reeva Steenkamp le 14 février 2013, ne croyant pas un mot de sa version des faits. Selon les dires de l'ancien athlète, ce dernier pensait tirer sur un cambrioleur caché dans les toilettes. Le procès se poursuit.

"En fait, vous saviez que Reeva était derrière la porte, et vous avez tiré sur elle. C'est la seule chose plausible", a tonné le procureur Gerrie Nel au terme d'une éprouvante matinée de contre-interrogatoire, avant de demander un ajournement du procès jusqu'à lundi.

Un grand silence avait plané quelques minutes plus tôt sur le tribunal de Pretoria, quand le procureur a demandé au champion: "êtes-vous sûr, M. Pistorius, que Reeva n'a pas crié après le premier coup de feu ?" Selon des experts, le premier des quatre coups de feu tirés à travers la porte des toilettes a touché la victime à la hanche, lui laissant théoriquement le temps de crier, comme l'ont entendu des témoins.

Les mâchoires tremblantes, Oscar Pistorius s'est rassis, regardant la juge. Après ce qui a semblé une éternité, il a repris la parole pour dire: "j'aurais aimé qu'elle hurle ou crie".

"Improbable"

Ménageant ses effets, Gerrie Nel a expliqué comment il trouvait "très improbable" l'histoire racontée par M. Pistorius. Celui-ci dit avoir entendu du bruit dans la salle de bains, cru à l'intrusion d'un cambrioleur, saisi son arme en disant à Reeva d'appeler la police, sans obtenir de réponse. Il affirme y être allé prudemment sur ses moignons, avoir entendu du bruit dans les toilettes, pensé que quelqu'un allait sortir pour l'attaquer, crié à Reeva d'appeler à l'aide - sans obtenir de réponse - et avoir tiré.

"Vous ne pouvez pas être vulnérable et aller au danger", a souligné le procureur, faisant référence aux longues explications de l'athlète double amputé, peu mobile sans ses prothèses et craignant toujours pour sa sécurité.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.