Navigation

PubliGroupe cède son activité historique autour de Publicitas

Ce contenu a été publié le 02 avril 2014 - 14:41
(Keystone-ATS)

Confronté à l'érosion des recettes publicitaires dans la presse écrite, PubliGroupe se recentre fondamentalement sur le numérique. Le groupe vaudois spécialisé dans la commercialisation d'annonces vend la régie Publicitas à la société de participation allemande Aurelius pour plus de 10 millions de francs.

La décision de se séparer de Publicitas, riche d'une tradition de 124 ans, est historique, a déclaré le président du conseil d'administration de PubliGroupe, Hans-Peter Rohner, mercredi à Zurich devant la presse. Ce pas est un préalable à l'importante réorientation stratégique du groupe et le résultat des évaluations de portefeuille annoncées l'an passé.

La transaction devrait être sous toit à la fin du deuxième trimestre 2014, selon Hans-Peter Rohner, sous réserve du feu vert des actionnaires de PubliGroupe lors de l'assemblée générale du 29 avril et de celui des gendarmes de la concurrence. Le contrat de vente avec Aurelius a été signé mardi soir, a-t-il précisé.

Aurelius reprend les 39 sociétés associées de Publicitas en Suisse et à l'étranger, ses quelque 860 collaborateurs et l'ensemble des contrats. La société cotée à Munich spécialisée dans les entreprises en difficulté, qui a notamment repris la marque d'électronique grand public Blaupunkt, s'empare aussi de la part de 49% de la firme vaudoise dans Xentive.

Capacités d'expansion

En cédant Publicitas, le groupe ancré à Lausanne se sépare de son métier historique Media Sales, qui a contribué pour près de la moitié du chiffre d'affaires net l'an passé. Avec ses deux autres piliers "Search & Find" et "Digital & Marketing Services" (DMS), il s'oriente presque exclusivement vers la commercialisation de publicité numérique et les transactions électroniques.

L'entreprise mise sur ses participations clés dans local.ch (50%) et Zanox (47,5%), dont le chiffre d'affaires combiné, considéré dans leur ensemble à 100%, a atteint 800 millions de francs en 2013, et sur la capacité d'expansion de ses sociétés telles que Improve Digital ou Spree7. Après la vente, plus de 80% des revenus consolidés seront générés dans le numérique.

Chiffres rouges

Dans un contexte difficile pour la presse suisse, PubliGroupe a inscrit des chiffres rouges l'an passé. Pour mémoire, en l'absence de gains exceptionnels, la société a essuyé une perte nette de 5,9 millions de francs, après un bénéfice de 50,2 millions en 2012. Le chiffre d'affaires net a reculé de 6% sur un an à 267,3 millions.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.