Navigation

Skiplink navigation

L'oligarque russe Farkkhad Akhmedov trahi par son ex-banquier

Tatiana Akhmedova s'est vu accorder plus d'un demi-milliard de francs par la justice britannique après avoir divorcé de l'oligarque russe Farkhad Akhmedov. (c) Dukas

Tous les coups sont permis dans le spectaculaire divorce des Akhmedov. Pour récupérer les quelque 590 millions de francs que la justice britannique lui a accordés, Tatyana Akhmedova s’est tournée vers un gérant de fortune licencié par son ex-mari.

Ce contenu a été publié le 26 décembre 2019 - 14:00
François Pilet, Gotham City*

En décembre 2016, la Haute Cour de Londres avait condamné le milliardaire russe Farkhad Akhmedov à verser 453 millions de livres, soit 590 millions de francs suisses, à son ex-épouse Tatyana Akhmedova, établie au Royaume-Uni.

L’homme d’affaires avait précipitamment transféré sa fortune de 1,3 milliard de dollars depuis UBS vers la banque LGT au Liechtenstein juste avant qu’un gel mondial de ses avoirs demandé à Londres par son ex-épouse ne soit prononcé.

Depuis lors, les avocats de Tatyana Akhmedova se sont lancés dans une traque mondiale pour localiser les actifs de l’ex-époux qui considère le jugement britannique «aussi valable que du papier toilette». Ce dernier vient pourtant de subir un important revers, comme le rapporte un arrêt de la Haute Cour de Londres daté du 22 novembre 2019.

Un proche de Poutine

Farkhad Akhmedov est un oligarque russe récemment mentionné par le Trésor américain parmi 210 personnalités proches de Vladimir Poutine. Ancien actionnaire majoritaire de la compagnie de gaz naturel Northgas, il est à la tête d’une fortune estimée à 1,35 milliard de dollars provenant de la vente de ses parts de l’entreprise en 2012.

Celle-ci est stockée au sein de la société panaméenne Cotor Investment SA sous la forme d’un portefeuille composé de cash et d’investissements divers, dont une importante collection d’art. En 2014, le milliardaire en avait confié la gestion à son ancien gérant d’UBS, le Britannique Ross Henderson.

Ce dernier avait créé la société zougoise Cotor Asset Management AG, qui devait servir de family office au milliardaire. Cette collaboration ne durera pas longtemps. Un an plus tard, en août 2015, Farkhad Akhmedov licencie Ross Henderson. La société zougoise fondée par l’ex-banquier est placée en liquidation.

Dissimulation intentionnelle

La suite était-elle prévisible? L’ancien gérant se tourne alors vers Tatyana Akhmedova. Fin 2017, il livre à ses avocats en Suisse et au Liechtenstein une clé USB contenant des documents sur la stratégie adoptée par l’ex-mari pour échapper au jugement britannique.

Des avocats londoniens ont alors été mandatés par l’ex-épouse pour définir si ces informations confidentielles pouvaient être utilisées devant la justice britannique.

Ces derniers ont conclu que, bien que les documents étaient protégés par le secret professionnel, ils pouvaient être utilisés lors de la procédure, car ils prouvent que Farkhad Akhmedov a intentionnellement cherché à dissimuler ses millions aux yeux de son ex-femme.

Basé à Zoug

Selon eux, une exception devait donc être appliquée pour leur permettre de les produire. L’honorable juge Robin St John Knowles n’a pas eu besoin de se pencher bien longtemps sur la question, et a accepté leur demande. 

En conséquence, Tatyana Akhmedova pourra utiliser les documents livrés par Ross Henderson comme s’ils avaient été fournis par l’ex-mari lui-même. Le jugement précise que ce dernier pourra en recevoir une copie par e-mail s’il le désire.

Ross Henderson a fondé une nouvelle société, Sparten Group, et travaille aujourd’hui pour Tatyana Akhmedova. Son cabinet basé à Zoug se dit spécialisé dans le «conseil libre de tout conflit d’intérêts».

Gotham City 

*Fondée par les journalistes d’investigation Marie Maurisse et François Pilet, Gotham City est une newsletter de veille judiciaire spécialisée dans la criminalité économique. 

Chaque semaine, elle rapporte à ses abonnés les cas de fraude, corruption et blanchiment en lien avec la place financière suisse, sur la base de documents de justice en accès public. 

Tous les mois, Gotham City sélectionne l’un de ses articles, l’enrichit et le propose en accès libre aux lecteurs de swissinfo.ch.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article