Navigation

Le Jura ne veut pas du vote électronique

Ce contenu a été publié le 20 décembre 2018 - 09:02
swissinfo.ch avec la RTS et l'ats/ kr (Téléjournal du 18.12.2018)
Contenu externe

Le canton du Jura n'introduira pas le vote électronique. Après l'avoir accepté en première lecture par deux voix d'écart, le Parlement a fait volte-face mercredi et refusé par 32 voix contre 27 d'inscrire ce nouvel outil dans la loi sur les droits politiques.

Les élus de gauche et de l'Union démocratique du centre (UDC / droite conservatrice) ont fait front commun pour s'opposer à l'introduction progressive du vote électronique dans le canton du Jura. Ils estiment que ce système présente des failles au niveau de la sécurité. Certains députés ont aussi mis en exergue le coût d'un tel système alors que le canton connaît des difficultés financières.

«L'anonymat des votants n'est pas protégé», a affirmé à la tribune la Verte Erica Hennequin. Pour la députée, l'analyse du vote serait transférée à des experts qui ne sont pas des élus. Les opposants au vote électronique doutent aussi que cet instrument conduise à une hausse de la participation lors des scrutins.

Les opposants ont rappelé que le canton de Genève avait abandonné sa plate-forme de e-voting, notamment pour des raisons financières. Ils estiment que le système électronique n’est pas encore fiable et qu'il n'y a pas d'urgence à l'introduire.

Eviter les erreurs de dépouillement?

La majorité du Parlement n'a donc pas suivi le gouvernement du canton. «La solution proposée renforce la sécurité du vote», avait assuré David Eray, président de l'exécutif, en défendant ce projet. Le ministre estime que le vote électronique supprime les erreurs de dépouillement et réduit les risques de fraudes.

Vidée de son article sur le vote électronique, la modification de la loi sur les droits politiques a été adoptée par 55 voix contre 3.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article