Des perspectives suisses en 10 langues

Ferdinand et Valentine, le peintre et l’amante au Musée Jenisch

L'exposition retrace l'histoire d'amour de Ferdinand Hodler et Valentine Godé-Darel, depuis leur rencontre jusqu'à la maladie et la mort de cette dernière, à Vevey en 1915. KEYSTONE/LAURENT GILLIERON sda-ats

(Keystone-ATS) Le Musée Jenisch à Vevey (VD) ouvre vendredi ses portes sur sa nouvelle exposition, “Ferdinand Hodler. Revoir Valentine”. Elle dévoile les oeuvres que le peintre a consacrées, jusque dans la mort, à celle qui fut son modèle, son amante et la mère de sa fille.

A voir jusqu’au 21 mai, l’exposition retrace leur histoire d’amour, depuis leur rencontre jusqu’à la maladie et la mort de Valentine, à Vevey en 1915. Près de 115 pièces ont été réunies pour cette exposition, dont 63 dessins et peintures. “Un ensemble exceptionnel réuni pour la première fois depuis plus de 45 ans”, indique le Musée Jenisch.

C’est en 1908 à Genève que Ferdinand Hodler, alors âgé de 55 ans, rencontre Valentine Godé-Darel, une Parisienne divorcée et de 20 ans sa cadette. La première partie de l’exposition s’attarde sur les débuts de leur relation, lorsque Valentine devient le modèle puis rapidement la maîtresse du peintre.

Leur idylle est tumultueuse, faite de ruptures et de retrouvailles, comme en témoignent les carnets de croquis de l’artiste. Dans cette première partie, les visiteurs découvrent les oeuvres allégoriques et les nombreux portraits où Valentine apparaît comme modèle, à l’instar de “Femme joyeuse” ou “Splendeur linéaire”.

L’accrochage présente également les autres projets artistiques qui occupent Hodler à cette époque, notamment la conception de ses toiles monumentales “L’Amour” et “Le Désir”.

“Personne n’a encore jamais fait cela”

La deuxième aile du musée retrace la fin de vie de Valentine Godé-Darel, qui apprend qu’elle est atteinte d’un cancer en 1913, en même temps que sa grossesse. Dès qu’il la sait condamnée, Hodler va documenter “en direct” la lente et douloureuse évolution de la maladie de celle qui fut “la passion la plus intense de sa vie”, souligne le dossier le presse.

Cette série se compose de quelque 200 oeuvres – dessins, peintures et pages de carnets – qui traduisent “sans ménagement” l’agonie de Valentine. Ferdinand Hodler viendra même la peindre encore une fois, au lendemain de sa mort, le 25 janvier 1915.

“Compte tenu de sa qualité graphique, de l’ampleur de la série et de son caractère unique, le cycle de Valentine est sans aucun doutel’une des contributions majeures à l’histoire de la peinture moderne”, écrit le Musée Jenisch.

Décédé trois ans après sa bien-aimée, Hodler était conscient de la portée de son oeuvre, lui qui aurait confié à une amie et collectionneuse: “Personne n’a encore jamais fait cela.”

Ce cycle de Valentine mourante n’avait plus donné lieu à une présentation publique d’importance depuis 1976 et une exposition au Kunsthaus de Zurich, selon l’établissement veveysan.

Carnets numériques

L’exposition s’intéresse aux nombreux carnets tenus par Hodler tout au long de sa vie, sur ses réflexions, croquis, observations, adresses, listes de courses, calculs de proportions et autres comptes qu’il tenait dans des petits carnets de laitier à couverture bleue. Pour la première fois, et grâce aux moyens numériques, le public pourra feuilleter lui-même les carnets dédiés à Valentine.

De quoi éprouver plus intensément encore, “l’émotion singulière qui se dégage du cycle de Valentine”.

En plus des oeuvres du Musée Jenisch, issues de la donation et du legs Rudolf Schindler en 2014 et 2015, l’exposition a été rendue possible grâce à de nombreux prêteurs privés ou institutionnels, de Suisse comme de l’étranger,

Pour cette exposition, le musée s’est associé à l’Institut Ferdinand Hodler à Genève, le centre de recherche dédié au peintre berno-genevois.

Lecture approfondie

Les plus discutés

SWI swissinfo.ch - succursale de la Société suisse de radiodiffusion et télévision

SWI swissinfo.ch - succursale de la Société suisse de radiodiffusion et télévision