Berne et Bogota collaborent dans l'affaire Gontard

La Suisse a accordé l'entraide judiciaire à la Colombie dans l'affaire Jean-Pierre Gontard. Bogota accuse le médiateur suisse d'avoir transmis de l'argent aux FACR dans le cadre d'une prise d'otages.

Ce contenu a été publié le 21 novembre 2008 - 17:19

L'Office fédéral de la justice a transmis cette semaine le procès verbal de l'audition de Jean-Pierre Gontard à l'ambassade de Colombie à Berne. Bogota avait sollicité l'entraide judiciaire au mois de septembre.

Micheline Calmy-Rey avait déjà annoncé début novembre déjà que la Suisse était prête à collaborer. La ministre des Affaires étrangères avait alors souligné que le médiateur n'avait rien à se reprocher: il a agit selon le mandat qui lui avait été assigné.

Jean-Pierre Gontard est accusé par les autorités colombiennes d'avoir remis une rançon d'un demi-million de dollars aux guérilleros des FARC en échange de la libération de deux employés de la multinationale suisse Novartis pris en otages en 2000. Ces accusations sont démenties tant par l'intéressé lui-même que par la diplomatie suisse.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article