Un succès inattendu pour le service civil

Plus de 7000 hommes ont demandé cette année à effectuer du service civil à la place de l'armée, soit près de trois fois plus qu'attendu. Cette explosion de civilistes, conséquence de l'abandon de l'examen de conscience, pose un problème, selon les autorités suisses.

Ce contenu a été publié le 31 décembre 2009 - 11:40

Mais avant de réagir de manière précipitée, il est nécessaire d'analyser correctement ce phénomène, ce qui n'a pas encore été fait, relève jeudi Samuel Werenfels, chef du service civil, rattaché au Département fédéral de l'économie.

Depuis le 1er avril 2009, les personnes qui souhaitent faire du service civil à la place de l'armée ne doivent plus passer un examen de conscience pour justifier leurs motivations. Il leur suffit d'en faire la demande pour autant qu'elles aient été déclarées aptes au service militaire.

Même si le service civil reste plus long que l'armée, les autorités s'attendaient à une hausse des demandes, à environ 2500 par an. Or ce sont plus de 7000 qui ont été déposées en 2009. Chaque année, l'armée recrute quelque 21'000 personnes.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article