Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

SUIVRE LE TROUPEAU Les derniers bergers itinérants de Suisse

Le berger itinérant José Carvalho déplace son troupeau de moutons à travers la Suisse tout au long de l'hiver. Il s'agit d'une pratique agricole traditionnelle qui est devenue beaucoup plus difficile en raison de l'urbanisation croissante du paysage suisse. Le photographe Moritz Hager a passé une journée sur la route avec lui et ses animaux.

En été, José Carvalho se retrouve avec ses 800 moutons sur un alpage du canton des Grisons. En hiver, il parcourt le district de Winterthur, près de Zurich, avec quelque 460 animaux, toujours à la recherche de prairies où ses moutons et son âne peuvent paître.

Il n'est pas facile pour lui de trouver un endroit entre les routes, les lotissements, les autoroutes ou les champs cultivés qui composent la mosaïque du paysage. José et son troupeau sont un spectacle qu’il faut voir. Les passants s'arrêtent en voiture pour prendre des photos de la masse inattendue d'animaux de ferme qui parcourent les routes goudronnées.

Une longue tradition

Né au Portugal, José Carvalho vit avec sa famille dans la ferme biologique «Tutschgenhof» dans le canton de Zurich. Il est l'un des rares bergers en Suisse qui va de pâturage en pâturage avec son troupeau et deux fidèles chiens de berger. Il est difficile d'estimer le nombre exact de bergers itinérants qui existent encore en Suisse. De nos jours, la densité de la population, les infrastructures agricoles et la concurrence pour les terres agricoles font qu’il est plus difficile pour les bergers de trouver leur place dans la société moderne. Cela a contribué à la diminution de leur nombre: il y a plus qu’une quarantaine de troupeauxLien externe en déplacement en Suisse aujourd'hui.

Les bergers qui veillent sur leurs troupeaux ont une très longue tradition en Suisse. Les bergers du sud-ouest du pays ont commencé dès 5000 ans avant J.-C. à conduire leurs troupeaux à pied jusqu'aux pâturages alpins situés à environ 2750 mètres d’altitude.

Permis, mais avec des restrictions

Dans le canton de Zurich, les bergers itinérants ont besoin d'une autorisation de l'office vétérinaire pour pouvoir se déplacer dans la région. La réglementation stipule quel est le nombre d'animaux par berger autorisé et fait l'objet d'une surveillance étroite – un maximum de 400 moutons d’engraissement (agneaux nés au printemps qui seront transportés à l'abattoir après pâturage) par berger, surveillés par au moins deux chiens. Non seulement le canton, mais aussi les paysans eux-mêmes doivent donner l'autorisation à un berger de traverser leurs terres avec les animaux.

Avec leur épais lainage, les moutons sont très résistants au froid et peuvent trouver leur nourriture sous une épaisse couche de neige – ils mangent aussi de l'herbe gelée, contrairement aux vaches. Toutefois, selon la Protection suisse des troupeauxLien externe, si les conditions météorologiques favorisent la formation de glace compacte après les pluies, il faut leur fournir de la nourriture supplémentaire ou interrompre la migration hivernale.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Comment votent les Suisses de l'étranger?

Comment votent les Suisses de l'étranger? Participez â l'enquête de la SSR !

Comment votent les Suisses de l'étranger? Participez â l'enquête de la SSR !

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.