Navigation

Fin de l'assemblée de l'OMS à Genève: record de sujets traités

Ce contenu a été publié le 25 mai 2014 - 12:03
(Keystone-ATS)

L'Assemblée mondiale de la santé a pris fin samedi soir à Genève après avoir adopté une série de décisions. La directrice générale de l'OMS Margaret Chan a salué "un nombre record de sujets traités" par les 3500 délégués.

La conférence annuelle de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a adopté plus de 20 résolutions sur la santé publique. "Ce fut une réunion très intense, avec un nombre record de sujets, de documents et de résolutions à l'agenda", a affirmé la directrice générale de l'OMS Margaret Chan à la clôture des travaux, qui se sont prolongés tard samedi soir. Le conseiller fédéral Alain Berset, chef du département fédéral de l'Intérieur, avait ouvert lundi la conférence.

Nouveau-nés

et handicapés

Les 193 Etats membres de l'OMS ont approuvé le premier plan d'action mondial pour mettre fin d'ici 2035 à la mort de trois millions de bébés dans le premier mois de leur vie et à 2,6 millions de mort-nés. Un nouveau plan d'action de l'OMS relatif au handicap a aussi été adopté pour la période 2014 à 2021.

Son but est d'améliorer la santé et la qualité de vie du milliard de personnes handicapées dans le monde en leur facilitant l'accès aux soins. Les personnes handicapées risquent trois fois plus de se voir refuser des soins et quatre fois plus de subir de mauvais traitements dans les établissements de santé, selon l'OMS.

L'assemblée a aussi recommandé de mieux intégrer les soins palliatifs dans les systèmes de santé, de renforcer les soins aux personnes autistes et de sensibiliser au problème du psoriasis (maladie inflammatoire chronique), dont les malades sont souvent stigmatisés.

Médecine traditionnelle

Les gouvernements ont souhaité que la médecine traditionnelle ait une place plus importante. La stratégie adoptée vise à renforcer les connaissances et la qualité, l'innocuité, l'usage approprié et l'efficacité de la médecine traditionnelle et complémentaire par la réglementation.

Les délégués ont souligné leur inquiétude croissante quant à la résistance aux antibiotiques et demandé que la recherche et la sensibilisation du personnel de la santé et du public soient améliorées. Un plan d'action global contre la résistance antimicrobienne devra être adopté l'an prochain par l'OMS.

Les délégués ont aussi discuté de l'application du règlement sanitaire international dans les cas d'alerte, comme le coronavirus MERS, et encouragé les Etats à ratifier la Convention de Minamata sur le mercure, pas encore entrée en vigueur.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.