Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un ressortissant étranger parmi les élus

Le bonheur de Mario Augusto à la lecture des résultats de son élection.

(Keystone)

Mario Augusto a été élu dimanche à la Municipalité du village des Thioleyres, dans le Canton de Vaud.

Ce ressortissant portugais est ainsi le premier étranger à accéder à un exécutif communal en Suisse romande.

Mario Augusto a été élu au premier tour, par 40 voix sur 61 bulletins valables. Il était l'unique candidat pour le poste vacant. Ce ressortissant portugais est ainsi le premier étranger à accéder à un exécutif communal en Suisse romande.

Si le jeune Portugais de 35 ans a été élu aux Thioleyres, Alberto de Francisco, 40 ans, Espagnol d'origine, n'a en revanche pas passé la rampe de la Municipalité de Rennaz.

Le précurseur: Appenzell

Les droits politiques pour les étrangers ont été introduits le 1er janvier dans le canton de Vaud. Si, à un niveau communal, le droit de vote des étrangers existe déjà dans d'autres cantons, le droit d'éligibilité dans les exécutifs est une première romande.

Près de 80'000 personnes, détentrices d'un permis B ou C, domiciliées dans le canton depuis trois ans et au bénéfice d'un permis de séjour en Suisse depuis dix ans, peuvent désormais en bénéficier.

En Suisse, seul Appenzell Rhodes-extérieures a déjà introduit cette possibilité. Deux communes du demi-canton en ont accepté le principe, Speicher et Wald. Dans cette deuxième localité a été élu en 2002 à la Municipalité le premier étranger. Il s'agit d'un ressortissant hollandais, naturalisé suisse depuis.

Participation plus faible

Dans le Canton de Vaud, dimanche, 11’000 personnes de nationalité étrangère ont pu exercer leur nouveau droit dans 22 communes. Avec le vote des étrangers, le corps électoral vaudois s'est élargi et compte 450.000 personnes. A Renens, dans l'agglomération lausannoise, le nombre d'électeurs a même augmenté de 70%.

Dans cette commune, 1396 électeurs étrangers ont voté, soit 27,86 %, contre 49,87 % des électeurs suisses. A Morges également, la participation est plus faible chez les étrangers que chez les Helvètes: 38 % contre 53 %.

«Une participation des étrangers plus faible que pour les Suisses est compréhensible», a déclaré à l’ATS Marianne Huguenin, conseillère nationale, députée et municipale POP à Renens.

Dans quatre villes du canton, la population avait notamment à se prononcer sur le nouvel arrêté d'impôt communal. «L'objet, le taux d'imposition, était sûrement un peu technique», constate Marianne Huguenin.

De plus, comme il s'agissait de la première possibilité d'exercer ce fameux droit de vote, «beaucoup n'y croyaient pas trop et d'un coup il est entré en vigueur», ajoute-t-elle.

La participation est toutefois très encourageante, selon l'élue de Renens, qui rappelle par ailleurs que lors de l'introduction du droit de vote des femmes, le taux de participation n'était pas non plus extraordinaire. un travail d’information est donc encore à mener.

swissinfo avec les agences

En bref

- Près d’un million et demi d’étrangers vivent en Suisse sur une population d’environ 7 millions d’habitants.

- Trois quarts de ces étrangers résident en Suisse depuis plus de 8 ans ou y sont nés.

- Cinq cantons leur accordent des droits politique sur le plan communal.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.