Banques La direction de Credit Suisse aura ses bonus

Des militants de Greenpeace sont venus perturber l'assemblée générale de Credit Suisse pour protester contre un projet de financement d'un pipeline au Dakota du Nord aux Etats-Unis.

Des militants de Greenpeace sont venus perturber l'assemblée générale de Credit Suisse pour protester contre un projet de financement d'un pipeline au Dakota du Nord aux Etats-Unis.

(Keystone)

Malgré une vague d’indignation, les actionnaires de Credit Suisse ont validé vendredi le rapport de rémunération 2016. Ils l'ont accepté à 58%. L’assemblée générale du groupe a toutefois été houleuse. 

Les dirigeants de la deuxième plus grande banque de Suisse ont gagné la partie. Seuls 40% des actionnaires représentés à l’assemblée ont refusé le rapport de rémunération 2016. 

Le président du conseil d'administration, Urs Rohner, a ainsi remporté une première manche, après une pluie de critiques en début d'après-midi.

Avant le vote, ce dernier a pris soin de rappeler le geste fait par la direction et le conseil d'administration, qui ont renoncé volontairement à 40% de leurs bonus. Un geste qui semble avoir apaisé une partie des actionnaires furieux du niveau des rémunérations prévues pour la direction générale. 

Greenpeace perturbe l’assemblée 

Credit Suisse n'a pas dû essuyer que des critiques sur ses rémunérations lors de son assemblée générale vendredi à Zurich. La grande banque a également fait face aux reproches d'une organisation environnementale. Des militants de Greenpeace sont venus perturber la réunion. Ils ont protesté contre un projet de financement par la banque d'un pipeline au Dakota du Nord aux Etats-Unis. 

"Je suis quelqu'un qui croit à la liberté d'expression mais je vais continuer...", a réagi Tidjane Thiam.

Durant le discours du patron de l'établissement financier, Tidjane Thiam, deux membres de l'organisation ont brandi une affiche jaune indiquant «Stop aux affaires avec les pipelines sales». Le directeur du groupe a alors déclaré qu'il soutenait la liberté d'expression, avant de poursuivre. 

Environ une demi-heure avant le début de l'assemblée générale, les militants ont également installé un faux oléoduc en acier d'une dizaine de mètres de long et pesant plus de 900 kilos dans l'entrée du bâtiment, le Hallenstadion, où se tenait la réunion.  

Des résultats encourageants 

Credit Suisse a dégagé un bénéfice net de 596 millions de francs au 1er trimestre 2017. Une perte nette de 302 millions avait été enregistrée pour la même période de 2016. 

«Nous avons eu un fort démarrage en 2017 (...). Des progrès ont été accomplis dans l'évolution stratégique», a déclaré Tidjane Thiam, le directeur général de la banque. Le produit d'exploitation s'est élevé à 5,53 milliards de francs, en hausse de 19% par rapport au 1er trimestre 2016. 

Pour l'ensemble de 2017, Credit Suisse confirme son objectif de réduction des coûts à 18,5 milliards de francs.

Le ciel s’éclaircit pour UBS 

UBS redécolle et dégage un bénéfice net revenant aux actionnaires de 1,27 milliard de francs au terme du 1er trimestre 2017, en hausse de 79% sur un an. Le numéro un bancaire helvétique a bénéficié de l'amélioration du moral des investisseurs et de la dynamique en Asie. 

«Nos très bons résultats pour le premier trimestre soulignent la puissance et le potentiel de notre marque», commente vendredi le patron du groupe Sergio Ermotti dans un communiqué. Les analystes tablaient en moyenne sur un résultat net de 916 millions.

Les actionnaires, eux, se verront proposer un dividende de 0,60 franc par action au titre de l'exercice 2016. Contrairement à celle de son dauphin Credit Suisse, l'assemblée générale d'UBS du 4 mai ne devrait pas susciter de controverse. (source: ats)

swissinfo.ch avec les agences

×