La Suisse verse 40 millions de francs de rentes pour enfants à l'étranger

Keystone

Près d’un tiers des rentes pour enfants versées par la Suisse à des retraités part à l’étranger: la plus grande partie en France, en Allemagne, en Italie et en Thaïlande.

Ce contenu a été publié le 09 juillet 2020 - 12:04
Claude Chatelain

La Thaïlande est un paradis pour les retraités. On le voit aussi dans les statistiques des rentes pour enfants versées en complément d’une rente AVS (assurance-vieillesse). En 2019, les caisses de compensation ont transféré en Thaïlande 3,9 millions de francs de rentes pour enfants. Une augmentation de 160% par rapport à 2010. En tenant compte uniquement des montants versés à l’étranger, la Thaïlande arrive en troisième position derrière la France et l’Italie, mais devant l’Allemagne et l’Espagne.

Contenu externe

Ces rentes pour enfants sont versées aux retraités ou aux bénéficiaires de l’assurance-invalidité (AI) qui ont encore des enfants à charge. La somme représente 40% de la rente AVS ou AI. Si la durée de cotisation est complète, cette allocation dépend du salaire moyen et se situe entre 474 et 948 francs par enfant jusqu’à ses 18 ans, ou jusqu’à ses 25 ans s’il suit encore une formation.

Rentes contestées

Le versement de rentes pour enfants aux bénéficiaires AVS et AI est politiquement contesté. Plusieurs approches ont été tentées au niveau fédéral pour supprimer ces prestations, sans succès jusqu’ici. Pour des raisons biologiques, ce sont surtout les hommes retraités, et non les femmes, qui profitent de ces montants. Et comme les pères sont toujours plus nombreux à avoir une descendance tardive, le nombre de ces prestations AVS augmente chaque année. Leur hausse est de 44% depuis 2010 et même de 52% si l’on prend en compte les montants versés.

Contenu externe

La Suisse verse trois fois plus de rentes pour enfants en Allemagne qu’en Thaïlande, mais les montants totaux sont plus élevés en Thaïlande. «La différence s’explique par le niveau des pensions», indique Ann Bauer, de la division Données de base et analyses de l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS), qui a examiné les chiffres pour SWI swissinfo.ch. Comme les rentes vieillesse, les rentes pour enfants sont calculées en fonction du revenu et du nombre d’années de cotisation. Elles peuvent donc fortement varier d’un individu à l’autre.

Cotisation complète, rente élevée

Pour l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne et le Portugal, les rentes pour enfants AVS sont essentiellement versées à des personnes qui ont travaillé en Suisse et qui sont ensuite retournées dans leur pays d’origine. Celles-ci n’atteignent souvent pas la durée maximale de cotisation de 44 ans et doivent se contenter d’une rente partielle. Alors qu’en Thaïlande, il s’agit plutôt d’expatriés suisses qui ont cotisé toute leur vie avant de s’envoler au chaud pour leur retraite. Ils touchent généralement une rente plus élevée.

Les chiffres révèlent que toujours plus de Portugais retournent dans leur pays d’origine après avoir travaillé en Suisse jusqu’à leur retraite. Le nombre de rentes AVS et de rentes pour enfants versées à ces personnes est en forte augmentation, mais la somme totale reste toujours bien loin de celle transférée aux retraités installés en Thaïlande.

Contenu externe

L’année dernière, la Chambre basse du parlement suisse a voulu réduire les rentes pour enfants AI et AVS de 40% à 30%. Elle souhaitait également remplacer le terme de «rente pour enfants», qu’elle juge trompeur, par celui d’«allocations parentales». Cette proposition a toutefois été enterrée par la Chambre haute, qui a rappelé que près de la moitié des rentiers AI dépendent déjà de prestations complémentaires et que ce nombre risque d’augmenter avec une réduction des rentes pour enfants. Ces dernières sont financées par les cotisations employés/employeurs ainsi que par la Confédération, alors que les prestations complémentaires sont majoritairement financées par les cantons.


Partager cet article