L'épouse chinoise de l'ex-président d'Interpol Meng Hongwei a obtenu l'asile politique en France début mai, a-t-on appris lundi auprès de son avocat. Son mari est détenu en Chine.

Près de huit mois après la disparition de son mari, alors patron de l'organisation policière internationale basée à Lyon, le statut de réfugié a été accordé à Mme Meng et ses deux enfants "le 2 mai", a précisé à l'AFP Me Emmanuel Marsigny. Grace Meng, qui craignait pour sa sécurité, a fait l'objet d'une protection policière avec ses enfants depuis une tentative d'enlèvement pour laquelle elle avait déposé plainte au début de l'année.

Meng Hongwei, 65 ans, qui était aussi vice-ministre de la Sécurité publique dans son pays, est soupçonné par Pékin d'avoir accepté des pots-de-vin. Il a déjà été exclu en mars du PCC et de toute fonction officielle, au terme d'une enquête disciplinaire interne au parti au pouvoir. A la suite de cette enquête, les procureurs "ont décidé d'arrêter Meng Hongwei", avait indiqué en avril le Parquet populaire suprême dans un communiqué.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.