Navigation

Démocratie

Peut-on mesurer la démocratie?

Comparer les pays entre eux est devenu un sport populaire partout dans le monde, avec des classements annuels sur tous les sujets, du bonheur à la santé - et à la démocratie. En 2021, cette dernière se voit confrontée à sa lutte la plus difficile depuis 1989, prévoient les principaux instituts de mesure.

Ce contenu a été publié le 16 mars 2021 - 17:05
Philip Schaufelberger (Illustration)

«Tout ce qui peut être compté ne compte pas forcément, et ce qui compte ne peut pas toujours être compté.» Albert Einstein

La Suisse est une «démocratie en déclin», rapportait l'institut de recherche Freedom HouseLien externe, basé à Washington, dans son rapport 2020. La raison de cette évaluation critiqueLien externe: «le droit de vote d'une grande partie de la population est limité et les musulmans sont confrontés à une discrimination de droit et de fait.»

L'Economist Intelligence Unit (EIULien externe), organisme qui établit un autre classement des démocraties bien connu, fournit une évaluation similaire de la démocratie suisse mais pour une raison différente: la «faible participation électorale». Pour l’ensemble du monde, les deux instituts diagnostiquent une situation encore pire dans leurs derniers rapports. «La démocratie a reçu un coup durLien externe en 2020», écrit l’EIU, tandis que Freedom HouseLien externe résume: «Alors qu’une pandémie mortelle, l’insécurité physique et économique et des conflits violents ont ravagé le monde, les défenseurs de la démocratie ont subi de nouvelles pertes importantes dans leur lutte contre les ennemis autoritaires, ce qui a fait pencher la balance internationale en faveur de la tyrannie». Et tout cela un (demi-) siècle après la percée du réel suffrage universel.

Pour un pays comme la Suisse, qui a connu la première révolution démocratique réussie en Europe en 1848 et qui a longtemps été un îlot libéral sur un continent monarchique, ces évaluations critiques provenant de chercheurs internationaux peuvent constituer un signal d’alarme salutaire, déclare Roger de Weck. Cet auteur et journaliste a publié en début d’année un ouvrage exposant douze propositions pour rendre la démocratie suisse plus démocratique.


La Suisse n'est bien sûr pas la seule à avoir besoin d'un examen de démocratie, d'autant plus que la pandémie pose un nouveau défi aux sociétés libres. Mais comment peut-on réaliser un bilan de santé démocratique de manière équitable et transparente?

David Altman est professeur de sciences politiques à l'Université catholique de Santiago du Chili et auteur de «Citizenship and Contemporary Direct Democracy» («citoyenneté et démocratie directe contemporaine»). Il suit depuis de nombreuses années les démarches pour mesurer la démocratie: «Nous constatons un retour à l'expertise scientifique et aux évaluations fondées sur des preuves», déclare-t-il. Le spécialiste est aussi l'un des architectes du projet de recherche Varieties of DemocracyLien externe («les variétés de la démocratie») ou V-Dem, la plus vaste initiative de collecte de données au monde visant à conceptualiser et à mesurer la démocratie.

V-Dem propose une nouvelle approche dans ce domaine: «Nous employons 170 coordinateurs nationaux et 3000 experts, qui compilent et comparent plus de 350 indicateurs différents», explique Anna Lührmann, directrice adjointe de V-Dem, basée à l'université de Göteborg en Suède. Et contrairement à d'autres projets similaires, leurs statistiques sont accessibles: «Nos ensembles de données sont ouverts et transparents pour tous, et peuvent être utilisés comme des briques Lego pour construire vos recherches ou vos analyses», explique-t-elle. De fait, l’ensemble de donnéesLien externe ouvertes de V-Dem est désormais utilisé par un réseau toujours plus vaste d’organisation internationales comme la Banque MondialeLien externe, Communities of DemaocracyLien externe ou International IDEALien externe.

Le groupe base à Göteborg publie également son propre rapport annuelLien externe et utilise les données pour des rapports de situation spécifiques, comme le Pandemic Backsliding Risk IndexLien externe, qui révèle que 55 pays autocratiques et 32 démocraties ont vu des limitations des droits humains et de libertés civiles liées à la pandémie en 2020.

Contenu externe

Des mesures sans biais?

Sans surprise pour un sujet aussi sensible (et subjectif pour certains) que la démocratie, le classement n'est pas exempt de critiques.

«Il y a deux problèmes avec la plupart des classements sur la démocratie», explique Matt Qvortrup, professeur de sciences politiques et de relations internationales à l'université de Coventry, en Angleterre. «D’une part, leurs données brutes ne sont pas accessibles au public; d’autre part, leurs indicateurs comportent un biais en faveur des formes traditionnelles de gouvernement représentatif».

En conséquence, les formes nouvelles de démocratie participative et directe sont sous-estimées dans les classements, ce qui pénalise des pays comme la Suisse, l'Uruguay, Taiwan ou même l'Allemagne et les États-Unis (au niveau régional et local), d’après Matt Qvortrup. A l’inverse, le niveau de «participation» dans certains classements découle simplement de quelques critères comme la participation aux élections ou l'adhésion à des syndicats. Ainsi, la Norvège - qui n'a pas le droit de référendum dans sa constitution - est régulièrement désignée par The Economist comme le pays où la participation est la plus élevée.

End of insertion

Malgré les limites et toutes les difficultés à conceptualiser et mesurer le pouvoir des peuples dans le monde, les résultats de ces évaluations sont importants. «Des milliards sont dépensés chaque année pour promouvoir la démocratie, tant au niveau national qu'international», déclare Anna Lührmann de V-Dem. «Ces investissements dépendent des jugements portés sur la situation actuelle d’un pays et ses perspectives d'avenir. C'est pourquoi nous avons besoin de moyens appropriés pour mesurer la démocratie.»

Dans le cas de la Suisse, c’est même d'une importance capitale car soutenir la démocratie dans le monde entier est un devoir constitutionnel.

Quoi de neuf, docteur?

Pour ce qui est du diagnostic: au niveau global, selon V-DemLien externe, la part de la population mondiale vivant sous un régime autocratique a augmenté de 48% à 68% entre 2010 et 2020. Une des raisons principales en est que l’Inde, qui fut longtemps la plus grande démocratie du monde, avec ses 1,4 milliard d’habitants, a été dégradée en autocratie électorale en 2021. De plus, le nombre de pays où la liberté d’expression est menacée est passé de 19 en 2017 à 32 en 2020. Du côté positif, le groupe des pays qui font des progrès en démocratie inclut deux pays africains (la Tunisie et la Gambie) et deux asiatiques (Taïwan et la Corée du Sud).

Alors que le monde assiste à une vague globale d’autocratisation, l’actuelle troisième vague de recul démocratique présente des caractéristiques nouvelles. Les vagues précédentes ont eu lieu dans des pays où des tendances autocratiques étaient déjà en cours, tandis que la vague actuelle se produit surtout au sein des démocraties. Autre spécificité: auparavant, les régimes autocratiques parvenaient au pouvoir par le biais d’invasions étrangères ou de coups d'État militaires, tandis que le processus est aujourd’hui plus subtil et progressif, souvent camouflé par des modifications légales.

Un exemple typique de cette évolution «légale» vers l'autocratie s’observe en Russie, où un plébiscite du sommet vers la base, destiné à permettre à Vladimir Poutine de se maintenir au pouvoir jusqu'en 2036, a été organisé à la hâte dans l'ombre de la pandémie de Covid-19. De telles pratiques hautement discutables sont en contradiction avec ce que devraient être les ingrédients essentiels d'une société démocratique qui fonctionne.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.