Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Crimes contre l’humanité Des généraux birmans en Suisse à l’invitation de Berne

réfugiés rohingyas

La minorité musulmane des Rohingyas continue de fuir au Bangladesh, comme cette mère de 23 ans et sa fille née 5 jours avant la prise de cette photo ce mardi 17 octobre.  

(Keystone)

Le ministère suisse des Affaires étrangères reçoit une délégation de haut gradés de l’armée birmane conduite par son numéro deux, le général Soe Win. Une visite inappropriée pour la section suisse d’Amnesty International, vu les crimes de guerre commis par l’armée contre les Rohingyas. Pour cette raison, l’Union européenne a décidé ce lundi de suspendre ses invitations aux généraux birmans.

C’est l’agence officielle Myanmar News qui l’a annoncé: à l’invitation du ministère suisse des Affaires étrangère (DFAELien externe), une délégation de l’armée birmane menée par le général Soe Win a quitté lundi le sol birman pour une visite en Suisse.

Interrogé par swissinfo.ch, le DFAE confirme sans donner de détails sur cette visite. «Début 2017, des membres de l’armée ont pris contact avec nous pour faire part de leur intérêt à un tel voyage d’étude du fédéralisme. Nous avons accepté leur demande, considérant qu’il est dans l’intérêt d’une résolution du différend que l’armée s’intéresse à ces questions», répond par écrit Georges Farago.

Proposer l'expertise de la Suisse

Le porte-parole du DFAE précise encore: «Au vu des derniers développements, le programme du voyage a été repensé, afin que la Suisse puisse à cette occasion rappeler à ses interlocuteurs qu’elle condamne les violences armées qui se sont produites au Rakhine et qu’il est du devoir de chaque Etat de respecter pleinement ses obligations en matière de droit international et de prévenir en particulier toute violation des droits de l'homme. Nous souhaitons également à cette occasion offrir l’expertise de la Suisse et de ses partenaires dans des domaines qui s’y prêtent.»

Ce mercredi après-midi, le DFAE a apporté les précisions suivantes: «Une délégation de six membres de l'armée du Myanmar est en visite en Suisse cette semaine. Des réunions sont organisées avec des organes de l'administration fédérale et des experts externes sur les thèmes de la sécurité humaine et des questions humanitaires, du droit international et du droit international humanitaire, de la politique de paix, du fédéralisme et de la protection des minorités. La visite portera également sur les réformes du secteur de la sécurité, le contrôle démocratique des forces de sécurité et le déminage.»

«Dépasser l’indignation, passer à l’action»

Pour la section suisse d’Amnesty International, cette visite est néanmoins déplacée. 

«Alors que des représentants de haut rang de l’armée du Myanmar sont en visite officielle en Suisse, l’organisation de défense des droits de l’homme demande à la communauté internationale de dépasser le stade de l'indignation et de passer à l'action pour mettre fin à la campagne de répression qui a conduit plus de la moitié de la population des Rohingyas à quitter le Myanmar. En interrompant la coopération militaire, en imposant des embargos sur les armes et des sanctions ciblées contre les responsables d'atteintes aux droits humains, le message sera clair : les crimes contre l'humanité imputables à l'armée dans l'Etat d'Arakan ne seront pas tolérés», écrit l’ONG, à l’occasion de la sortie de son rapportLien externe accablant sur «les crimes contre l'humanité systématiques visant à terroriser et chasser les Rohingyas», depuis l’attaque des rebelles Rohingyas (ARSA) contre des postes de sécurité birmans en août dernier, suivi d’une violente répression de l’armée entrainant la mort de centaines de personnes et la fuite de centaines de milliers de Rohingyas au Bangladesh.

Contenu externe

Alain Bovard

Face à de telles exactions qualifiées de «nettoyage ethnique» par Zeid Ra’ad Al Hussein, le Haut-Commissaire de l’ONULien externe aux droits de l’homme, l’UE a pris ce lundi Lien externeune autre voie que celle de la diplomatie suisse: «Compte tenu du recours disproportionné à la force par les forces de sécurité, l'UE et ses Etats membres suspendront les invitations adressées au commandant en chef des forces armées du Myanmar/Birmanie ainsi qu'à d'autres officiers supérieurs.»

De son coté, le DFAE tient à préciser «qu’à plusieurs reprises, la Suisse a exprimé sa forte préoccupation par rapport à cette situation et a condamné les attaques et le déplacement forcé de population, tout en appelant au respect du droit international, particulièrement au respect et à la protection des droits de l’homme. » Un message également exprimé lors de la dernière sessionLien externe du Conseil des droits de l’homme à Genève. 

Dialoguer avec toutes les parties

Jeudi soir, l’ambassadeur de Suisse en Birmanie - Paul Seger – a déclaré à la RTSLien externe que le DFAE avait songé à annuler cette visite: «Evidemment nous avons mûrement réfléchi. Je dirais même que cela aurait été probablement la solution la plus confortable, la plus facile, d'annuler. Mais si la Suisse est vraiment honnête, avec son rôle particulier de tradition humanitaire et de dialogue, il faut engager précisément des gens comme l'armée birmane à un tel dialogue. Il ne suffit pas de dialoguer seulement avec les gens avec qui on est d'accord.»

Voici son interview:

Contenu externe

L'ambassadeur Paul Seger

(Modifié le 20'10'2017)





Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×