Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Térence Billeter, le «Monsieur olympique» suisse à Pékin

Térence Billeter devant l'ambassade de Suisse à Pékin.

(swissinfo.ch)

Diplomate depuis six ans, Térence Billeter a récemment pris ses fonctions à l'ambassade de Suisse en Chine.

Né de père suisse et de mère chinoise, ce Genevois a été nommé en tant qu'attaché culturel mais également comme «Olympic Officer» en vue des Jeux de 2008. Rencontre dans la capitale chinoise.

«Préférez-vous vivre dangereusement ou perdre un gros quart d'heure?» lance Térence Billeter en forme de boutade au moment de franchir les murs de l'ambassade de Suisse de Pékin.

La poignée de main est franche et son pas alerte. La question posée prend tout son sens quelques centaines de mètres plus loin, au moment de zigzaguer – comme une multitude de Pékinois – entre les voitures lancées à une allure respectable sur quatre pistes de bitume, pour rejoindre l'autre côté de la route.

Il faut dire que le pont, là-bas, est vraiment loin et le détour conséquent pour rejoindre le petit restaurant situé juste en face, dans un quartier plutôt vert et ombragé de la capitale.

Comme un poisson dans l'eau

Bien qu'arrivé à Pékin il y a deux mois à peine, Térence Billeter se sent déjà comme un poisson dans l'eau dans la capitale chinoise.

«Je viens en Chine depuis que j'ai cinq ans, se rappelle-t-il. J'ai toute ma famille maternelle ici, ainsi qu'un réseau social non négligeable. Même si je connais bien cette ville et ce pays, la Chine reste fascinante et toujours pleine de surprises. Le fait de parler la langue est, sans aucun doute, un avantage considérable.»

«Je pense sincèrement que je peux difficilement être plus utile qu'ici, mais je ne vis cependant pas cette nomination comme un 'retour au pays de mes ancêtres'!», relativise-t-il immédiatement.

«J'ai eu ce besoin après l'Université. Et mon année à Taiwan m'a permis de me rendre compte que je ne suis pas Chinois. Mes racines sont en Suisse ou, pour le moins, en Europe. Reste que le fait de me retrouver ici avec mon épouse avec pour mission de préparer, entre autres, la présence suisse aux Jeux olympiques me remplit de joie.»

Son travail en lien avec les Jeux, Térence Billeter le découvre jour après jour. Il faut dire que côté chinois, l'organisation de l'événement proprement dite en est encore au stade de la planification.

Plusieurs grandes séances d'information à destination des ambassades sont encore prévues et il s'agit principalement pour l'heure d'établir les points principaux qui pourraient poser problème dans un avenir proche.

«J'ai le temps de me familiariser encore un peu plus avec la langue, se réjouit-il. De comprendre l'humour par exemple, et de découvrir la vie des expatriés à travers les restaurants, les magasins et les hôtels très luxueux qui vont avec. C'est une autre facette de la capitale que je ne soupçonnais pas il y a peu encore.»

Les JO en point de mire

Pour les employés de l'ambassade, le mois d'août 2008 s'annonce très chargé. De nombreuses personnalités helvétiques issues du monde politique et économique vont venir à Pékin, tout comme une foule de touristes. Les demandes vont donc se multiplier.

Le temps pour Térence Billeter d'assister aux compétitions, essence même des JO, risque d'être compté.

«J'ai réservé quelques billets pour les compétitions sportives qui m'intéressent telles que le beach-volley, le taekwondo, l'athlétisme ou le plongeon, mais j'ai bien peur de devoir m'en séparer le moment venu faute de temps pour y assister», regrette-t-il déjà d'avance.

«Je pense que je vais beaucoup plus voir les coulisses des Jeux olympiques que les JO à proprement parler.»

Pour la Suisse, l'événement constitue une plateforme idéale pour se présenter au public chinois. Toute une série d'activités en lien avec la Suisse se dérouleront en marge de la manifestation sportive; avec comme point culminant l'ouverture de la «House of Switzerland».

Les relations sino-suisses

«Selon moi, ces Jeux constituent un jalon important dans l'histoire déjà longue des relations bilatérales entre la Suisse et la Chine, estime Terence Billeter. La Suisse a été parmi les premiers pays occidentaux à reconnaître la République populaire en 1950».

Depuis le lancement de la politique de réforme et d'ouverture en 1979, les relations entre la Chine et la Suisse connaissent un dynamisme extraordinaire. Au niveau politique, scientifique, culturel, mais principalement du point de vue économique.

Le commerce avec la Chine croît de manière plus rapide que le commerce extérieur de manière générale (taux de croissance des exportations suisses en 2006 +18%) et la Suisse profite d'une balance commerciale positive.

De plus, près de 300 entreprises helvétiques ont investi ces dernières années un total de plus de cinq milliards en Chine et emploient 55'000 citoyens chinois.

«La Chine bénéficie des Jeux pour se développer encore davantage mais surtout pour montrer au monde ce que signifie le dynamisme chinois, estime Térence Billeter. Cela lui permettra également d'envisager et définir ses objectifs pour l'avenir.»

«L'exposition universelle de 2010 à Shanghai sera à mon sens la prochaine étape, conclut-il. Mais chaque chose en son temps.»

swissinfo, Mathias Froidevaux à Pékin

Térence Billeter

Térence Billeter est né en 1969 à Kyoto au Japon d'une mère chinoise et d'un père suisse. Revenu très vite en Suisse, il vit d'abord à Bâle puis à Genève.

Entre 1988 et 1992 il fréquente l'Université de Genève et obtient une licence en lettres (philosophie et chinois). Il effectue ensuite un séjour linguistique d'un an à Taiwan.

Il décroche un Master à l'Institut universitaire de hautes études internationales de Genève (HEI) puis un doctorat en sciences politiques à l'Institut politique de Paris en 2001.

Il rejoint alors le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Il effectue tout d'abord un stage d'une année à Berne sur les affaires européennes, puis passe une année au Liban.

Fin 2002, il est nommé responsable des relations bilatérales et politiques entre la Chine et la Suisse à la centrale à Berne.

Depuis l'été 2007, ce quadrilingue est attaché culturel et responsable des médias à l'ambassade de Suisse à Pékin. Il occupe également le poste de «Olympic Officer» en prévision des prochains Jeux de 2008 en Chine.

Fin de l'infobox


Liens

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

×