Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un homicide sur deux a pour cadre la famille

Quatre morts dans un drame familial: c'était l'an dernier à Muri, dans le canton d'Argovie.

(Keystone)

45% des homicides perpétrés en Suisse entre 2000 et 2004 l'ont été au sein de la sphère familiale, constate jeudi une étude de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Les femmes surtout en font les frais. Chaque année en moyenne, 28 femmes et 13 hommes sont tués dans cet environnement.

Entre 2000 et 2004, la police a enregistré chaque année en moyenne 213 victimes d'homicides ou de tentatives d'homicide, soit 127 hommes et 86 femmes.

Ce chiffre tend à rester stable. Cette forme de violence ne connaît donc pas d'explosion, comme le montre l'étude présentée jeudi à Berne par l'OFS et due à l'initiative du Service de lutte contre la violence du Bureau fédéral de l'égalité entre hommes et femmes (BFE).

C'est donc dans le cadre familial que la violence est la plus meurtrière. Dans 54% des cas, la victime décède. Sur les 28 femmes ainsi tuées chaque année, 21 l'ont été par leur partenaire ou leur ex-partenaire alors que la proportion n'est que de 4 sur 13 chez les hommes.

La plupart des victimes (70%) connaissaient leur bourreau avant les faits, et dans 45% des cas, il s'agit d'un membre du cercle familial. Lorsque la victime est une femme, cette part d'agresseurs parents ou proches passe même à 85%.

Et dans 80% des cas, la personne accusée d'homicide dans le contexte
domestique est un homme.

Couteau ou revolver

Concernant la façon dont l'agression a été commise, l'arme blanche (36%) et l'arme à feu (34%) sont les moyens les plus utilisés. Les homicides par étranglement (9%) et ceux dans lesquels la victime a reçu des coups (10%) sont nettement plus rares.

Le recours à l'arme à feu, la plus meurtrière de toutes, est moins fréquent dans le contexte domestique, où prévaut l'arme blanche. C'est donc surtout entre inconnus que l'on se tire dessus. A l'arme «civile», ou plutôt à l'arme d'ordonnance militaire? Faute de données, la statistique ne fait pas la distinction.

Les orateurs de la conférence de presse de jeudi n'ont pas non plus donné de position officielle quant à la nouvelle législation sur les armes dont le Parlement débat en ce moment.

Davantage d'étrangers

Que ce soit parmi les auteurs ou parmi les victimes de ces homicides, l'étude met en évidence une surreprésentation des étrangers. Ils sont ainsi trois fois plus nombreux que les Suisses chez les personnes accusées d'homicide et presque deux fois plus nombreux chez les victimes.

Pour Daniel Fink, chef de la section criminalité et droit pénal à l'OFS, cela tient au fait que les facteurs de risque sont plus nombreux dans la population étrangère. Le portrait type de l'agresseur est à peu près le même qu'il s'agisse de violence domestique ou d'homicide.

Les suspects sont presque tous des hommes, souvent sans emploi. Au moment des faits, presque un tiers d'entre eux étaient sous l'emprise d'une substance psychotrope (alcool, drogues ou médicaments), et plus de la moitié étaient déjà connus de la police.

Améliorer la prévention

L'étude de l'OFS, réalisée pour la première fois sous cette forme, permettra de mieux cibler les différents groupes et d'améliorer la prévention, espère Daniel Fink.

Selon Monique Aeschbacher, cheffe du service de lutte contre la violence du BFE, il convient de ne plus seulement lutter contre la violence mais d'agir en amont en promouvant une société sans violence et en aidant les familles «à risque».

Il faudra par ailleurs encore deux ou trois ans pour analyser l'efficacité des mesures décidées par le parlement fédéral et déjà introduites par certains cantons, qui permettent d'expulser une personne violente d'un ménage.

Du côté policier, on espère aussi un engagement renforcé dans l'accompagnement et la thérapie des auteurs de violence.

S'il salue l'utilité de ces statistiques pour sensibiliser davantage les forces de l'ordre au problème, Beat Hensler, président de la Conférence cantonale des commandants de police, rappelle que l'intervention policière ne sera jamais un remède à tous les problèmes sociaux.

swissinfo et les agences

Faits

En 2003, la Suisse enregistrait un taux d'homicides de 2,5 pour 100'000 habitants
contre 1,8 pour l'Autriche,
3,4 pour l'Allemagne
3,9 pour l'Italie et la France
12,9 pour le Luxembourg

Fin de l'infobox

Violence domestique

Selon une modification de 2004 du code pénal suisse, les actes de violence domestique sont poursuivis d'office et non plus sur plainte.

Le parlement a entériné en juin un projet stipulant que le juge peut ordonner aux auteurs de tels actes de quitter le domicile pendant une période déterminée.

Le juge pourra prendre d'autres mesures et interdire à l'auteur de violences d'accéder à l'environnement immédiat du logement ou de prendre contact avec la victime.

Fin de l'infobox

Infractions pénales

En Suisse, 303'270 infractions au Code pénal ont été enregistrées au total par la police en 2005. 204'996 étaient des vols, 61'194 des vols de véhicules et 2595 des brigandages.

Les homicides intentionnels constatés se chiffrent à 204, contre 8099 lésions corporelles et 4161 infractions contre l'intégrité sexuelle. Dont 646 viols.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×